Auguri Concept

Body: 

Auguri!

 

A en croire la légende, la colline de l’Aventin est liée aux origines mêmes de Rome. En effet, c’est en consultant les augures, ces présages naturels si chers aux populations païennes de l’antiquité, que les jumeaux Romulus et Remus ont scellé le nom de la ville qui allait connaître une destinée politique et religieuse sans pareil. Sur l’Aventin, Remus vit apparaître le premier six vautours, présage furtif de la préférence des dieux. Mais peu après, ce sont douze vautours qui survolèrent la colline palatine où se trouvait Romulus. Les auguri avaient parlé et décidé du nom de la ville. Du latin à l’italien, le terme resta en usage et s’enrichit de nouvelles significations. Expression de bons souhaits ou de félicitations, les auguri tendent vers l’avenir. 

Si un anniversaire de huit siècles, comme celui que célèbre cette année l’Ordre des Prêcheurs, porte naturellement un regard vers le passé, il invite aussi à épouser le présent et à réfléchir une vision d’avenir. Le titre de cette exposition s’ancre dans cette perspective là.

 

 15 artistes dominicains

Les quinze bannières suspendues dans les nefs latérales de la basilique paléochrétienne que le pape confia à Saint Dominique en 1220 évoquent autant de personnalités de la tradition dominicaine. Chaque frère, sœur ou laïc, représentant la multitude des charismes de l’Ordre des Prêcheurs, les cinq continents où l’élan de saint Dominique a essemé, ainsi que les périodes heureuses ou turbulentes que la famille dominicaine a traversées est évoqué par un artiste de l’Ordre dominicain contemporain.

Ces personnalités historiques ont offert leur vie au service de leurs contemporains traduisant par leurs initiatives et engagements le message de l’évangile dans des circonstances variées. Aujourd’hui encore, les membres de la famille dominicaine s’inscrivent dans leur enthousiasme. Les quinze artistes qui à l’occasion de cette exposition les évoquent en sont des témoins. Passé et présent s’unissent donc dans ces quinze bannières, illustrant comment la tradition construit les fondations pour l’engagement d’aujourd’hui.

 

Kris Martin et Adam Rokosz, 

deux artistes contemporains...

Deux artistes d’aujourd’hui viennent compléter l’ancrage contemporain de cette exposition. Le premier n’a pas de lien particulier avec la famille de saint Dominique.

Kris Martin jouit d’une réputation internationale. Son travail artistique exprime ses réflexions sur ce qu’il observe autour de lui. Il dispose ses questions devant ceux qui savent s’attarder. Il a reçu carte blanche pour exposer sur le site de Sainte Sabine des œuvres qui interpellent ceux qui fréquentent habituellement ce lieu et ceux qui y seront accueillis le temps de l’exposition.

Le second, Adam Rokosz, est un jeune photographe dominicain qui montre ici cinq photos sur le thème de l’incarnation, situant l’exposition dans le temps liturgique autour de la fête de Noël, mais aussi dans le charisme dominicain qui cherche toujours à incarner l’Evangile dans la situation d’une époque. Le thème de l’incarnation rejoint aussi l’ancrage de la tradition dominicaine dans la pensée du philosophe Aristote avec son insistance sur l’observation de la création pour formuler toute réflexion et établir une vision de vie. Finalement, il fait écho à l’évangile préféré de saint Dominique, que saint Matthieu fait débuter par une longue généalogie pour annoncer l’incarnation de Dieu parmi les hommes.

 

...expriment le dialogue

Ces deux artistes se retrouvent ici réunis et expriment ensemble une autre dimension chère à la tradition dominicaine : le dialogue.  L’étranger se trouve accueilli au sein de la maison curiale de l’Ordre des Prêcheurs. Il y est le bienvenu, avec son langage, pour que les questions qu’il pose et qui font écho à celles qui taraudent nos contemporains atteignent le cœur de ceux qui habitent ce lieu et qui ont charge de trouver des paroles et des images pour transmettre la miséricorde et une voie d’espérance évangélique. Le frère dominicain de son côté se retrouve hors de son contexte conventuel familier pour prêcher en image aux passants de la place Pietro d’Illyria. Il va à leur rencontre là où l’Esprit le mène.

Le regard et le langage contemporains de ces deux artistes nous tournent résolument vers l’avenir. Les enfants et jeunes d’Adam Rokosz présagent du future et indiquent une confiance dans l’avenir. Les questions de Kris Martin sont des interrogations pour aborder le temps qui viendra. Tous les deux sont auguri pour ce que nous construisons et laisserons aux prochaines générations.

 

Une fête n’a de sens que si elle rassemble histoire, présent et avenir. Ce sont ces trois dimensions qui traversent cette exposition et qui justifient le titre de l’exposition : Auguri !

 

 

Ulrich Engel OP

Alain Arnould OP