ANIMES PAR L’EUCHARISTIE: PREDICATION, COMPASSION ET SOIN

Subtitle: 
Témoignages de Compassion: Série sur la Vocation des Frères Coopérateurs dans l'Ordre
Picture: 
Ignatius Perkins, O.P,
Body: 

La vocation des frères Coopérateurs dans l'Ordre est une partie intégrante de notre mission de prédication. Afin de promouvoir cette Vocation, nous illustrerons les travaux de différents frères Coopérateurs dans le monde. Nous vous invitons à suivre cette série sur le site web de l'Ordre (www.op.org) et sur IDI.

Ce mois-ci nous vous présentons:

Le frère Ignatius Perkins, O.P., est actuellement le Directeur des Services de Santé des Frères Dominicains (Province de St. Joseph, USA) et Directeur Exécutif du Ministère de la Santé des Frères Dominicains de New York.

Comment est-ce que j’accomplis la Mission et le charisme de l’Ordre ?

En tant que Frère Coopérateur Dominicain, je partage avec Frères Prêtres le privilège et la responsabilité d’annoncer le Royaume de Dieu à tous ceux qui désirent ce message et en besoin dans leur vie.  En tant que dominicain, avec mon souffle, mon action, ma souffrance, ma joie, je prêche le message du Salut de Dieu, un message d’espoir, un message  constant d’amour pour nous tous. C’est à travers le baptême , la consécration de ma vie et la profession de Vœux solennels que j’ai reçu la liberté, la joie et, en fait, la responsabilité d’aider les autres à comprendre la Parole de Dieu, à croire en elle et à collaborer avec elle, par la guérison et la transformation de leur cœur et de leur esprit.

Comment l’art et la science de soigner ont-ils été intégrés à l’engagement de mes vœux en tant que Frère Coopérateur Dominicain ?  

Comme les autres Frères Coopérateurs Dominicains, je remplis ma mission de prédication différemment de mes frères prêtres. Mes points de vue sont variés mais ils sont centrés sur le ministère de guérison de Jésus Christ, tout d’abord comme frère dominicain et ensuite comme clinicien, infirmier, éthicien et éducateur, partout où je rencontre des gens quel que soit leur parcours à la recherche de la vérité, de la guérison et de l’espoir. Que ce soit avec d’autres frères, femmes et hommes religieux, cliniciens, patients ou familles, étudiants et collègues, je suis présent, avec compassion, dans leurs moments difficiles de vulnérabilité et d’abandon, en les rassurant sur le fait qu’ils possèdent toujours une  dignité intrinsèque et une valeur, indépendamment des circonstances de leur vie, et en les aidant à discerner les expériences de leur vie. De cette façon, je peux apporter le message de Dieu du Salut, message de guérison et d’espoir à ceux qui souffrent et qui sont désespérés. C’est une opportunité et un privilège d’être présent dans leur vie, de protéger et de défendre leur dignité et leur liberté, et d’aider à rétablir l’intégrité de la personne qui souffre quand elle a été malmenée et rendue vulnérable par la maladie ou le désespoir, à travers la compassion qui soigne toute la personne, là où les soins de la maladie ne sont pas possibles, pour apporter la sérénité et l’espoir même à ceux qui sont arrivés à la fin de leur vie. 

En tant qu’enseignant à des étudiants infirmiers j’ai eu l’énorme responsabilité et privilège dans notre société et culture d’aujourd’hui d’aider les étudiants à mieux se repérer dans la foi, la vérité et la science et d’appliquer cette compréhension à travers une charité illimitée envers la personne humaine qui vit dans les sociétés de notre monde global. Dans ce rôle, surtout en ce qui concerne l’éthique des soins de santé, je suis en mesure de créer un espace de dialogue pour aider les étudiants, les collègues et les administrateurs à comprendre la richesse de la tradition morale catholique pour les aider à former leurs repères moraux, à appliquer les principes moraux de l’Eglise dans le soin aux autres en tant que guérisseurs de la personne dans son ensemble, et faciliter le développement de communautés morales parmi les cliniciens afin qu’ils deviennent ensemble d’authentiques forces morales pour renverser la culture dominante de l’individualisme et du relativisme moral.

Quelle source d’inspiration avez-vous comme Frère Coopérateur Dominicain pour mettre en pratique cette idée de soin dans la Tradition Dominicaine ?

Je trouve un excellent exemple pour guider mon énergie et mon enthousiasme pour la vie et le ministère de ma vocation  dans les vies de St. Martin dePorres et de St. Juan Macias.  Comme je l’ai déjà écrit [1]:

Grâce à l’expérience de Martin et de Juan, nous comprenons mieux ce que St. Thomas d’Aquin veut dire quand il parle de l’Eucharistie en tant que Sacrement de Charité. Feu, le fr. Thomas Gilby, un expert Thomiste connu, en interprétant les paroles de St. Thomas d’Aquin sur les effets de l’Eucharistie, avait écrit qu’à travers le sacrement de l’Eucharistie, qu’il soit reçu ou désiré, la grâce augmente et la vie de l’Esprit est améliorée. L’Eucharistie renforce spirituellement non seulement les habitudes de la grâce et plus spécialement la vertu de charité, mais ces vertus deviennent concrètes  chez ceux qui restent proches au Christ Eucharistique.[2]  C’est là que se trouve la garantie théologique  d’attribuer les effets de l’Eucharistie à quelque chose de spécifique dans les vies et les ministères de Martin dePorres et de Juan Macias. L’Eucharistie, comme le Sacrement de Charité favorise leurs tâches de miséricorde et de compassion, tout comme nous le lisons dans la vie de St. Dominique, dans ses ministères auprès des malades et des mourants, des malaimés et de ceux qui sont privés de leurs droits.  

En tant que Frères Coopérateurs Dominicains qui réconfortons les malades et ceux qui sont désespérés, nous avons été plus particulièrement appelés à répondre à l’appel radical évoqué par l’évangélisation; à ouvrir nos portes à ceux qui cherchent la guérison et l’espoir;  à guérir les malades et les abandonnés  dans leurs ténèbres, où qu’ils soient ; à croire et à proclamer que toute personne née en ce monde est digne de notre respect et de notre amour illimité, indépendamment des raisons de leur désespoir et de leur situation.  

Comme frère dominicain, je prêche le message du Salut de Dieu, un message d’espoir, un message d’amour constant et de charité les uns pour les autres et pour tous ceux envers qui je m’engage en les soignant, avec mon souffle, mon action, ma souffrance, ma joie. Animé par le pouvoir et la grâce de l’Eucharistie, le Sacrement de Charité, je “ vais par tout le monde, et prêche la bonne nouvelle à toute la création” (Mc 16:15). Je m’efforce d’apporter librement aux autres le don de ma présence et de ma vie consacrée à notre mission d’évangélisation à travers la prédication. Mais le plus grand don que j’ai le privilège d’apporter à chaque rencontre avec les autres, c’est la personne de Jésus dans l’Eucharistie qui s’est faite chair en nous. C’est cela le Moment Dominicain.   

 


[1]  I. Perkins, “Saints and Brothers to All: Martin dePorres, O.P. and Juan Macias, O.P.: Consolers of the Sick and Those in Distress”.  Religious Life Review, 2009, (Dublin, Ireland: Dominican Publications), Vol. 48, No 259.

[2]  T. Gilby (Ed). “Holy Communion” in Summa Theologiae (London: Eyre & Spottiswoode, 1975), Volume 59, pp. 7.

 

 

(26 janvier 2016)