Célébrer un Chapitre Général

Subtitle: 
Chapitre Général Chronique n°5 - Jour n°11 25/07
Picture: 
Body: 

Chers lecteurs,

 

Vous vous demandez peut-être s'il y a des similitudes entre les Journées mondiales de la Jeunesse à # Krakow2016 et le Chapitre général des dominicains de # Bologna2016? Assurément, un point commun très important est le défi de traduire de nombreuses langues. Dans le cas des documents du chapitre, cela est remarquablement effectué grâce à l'aide de nos infatigables et compétents traducteurs, dont vous avez pu apprécier le travail si vous avez visité notre site,et dans le cas des JMJ, celui des frères prêcheurs polonais.

Mais qu'en est-il de la liturgie?

Pendant le Chapitre, la liturgie est célébrée en trois langues. Un jour, elle est en anglais, le jour suivant en français et puis elle est en espagnol, avant que ce cycle ne recommence à nouveau. Jusqu'ici, rien de spécial. Cependant, tout le monde ne connaît pas les trois langues et compte sur l'inspiration du Saint-Esprit pour suivre les prières communes. Cette grâce spéciale a été décerné à Pierre et aux apôtres à la Pentecôte pour leur permettre de parler et d'être compris par les gens de toutes les nations. Le même don a été accordé à Dominique qui un jour a prêché en allemand...

Notre Chapitre général a la chance de compter sur les services de Max Cappabianca. Le frère Max parle l'allemand, possède un nom Italien et a un barbe toute espagnole. En outre, il parle et chante dans un grand nombre de langues, anciennes et modernes. Il travaille jour et nuit pour écrire, imprimer et distribuer des livres et des brochures dans les trois langues officielles de l'Ordre, de sorte qu'une petite Pentecôte se produit pour les 114 participants au Chapitre.

La liturgie ne consiste pas seulement en des mots, mais en des gestes aussi. Et en ce sens, il y a autant de traditions et de coutumes que de langues parmi les frères; autant finalement qu'il n'y a de provinces dominicaines! Mais ne vous inquiétez pas: chaque capitulaire est guidé par frère Daniele Drago, à chaque étape de la liturgie.

Frère Daniele a du sang italien, un savoir faire à la française et une rigueur toute britannique. Par un simple clin d'oeil, il dirige ses acolytes et les dirige au métronome de telle sorte que chaque célébration se déroule sans aucun souci, solennellement et avec dignité. Le seul qui s'égare parfois est le diacre —votre Chroniqueur — qui a la fâcheuse tendance de penser plutôt à sa prochaine chronique que de se concentrer sur la messe.

Enfin, il y a un troisième élément dans toute liturgie. L'art sacré, qui décore le lieu où les fidèles se rassemblent, mêle les mots et les actions liturgiques en une expérience divine unique, à ravir tous les sens. Pour cela, la basilique de Saint-Dominique offre un cadre d'une grande beauté: le merveilleux chœur en bois sculpté par le frère Damiano au XVIème siècle. Chaque stalle du choeur dépeint une scène de l'Ancien ou du Nouveau Testament, de sorte que vous choisissez votre lieu selon votre livre préféré de la Bible.

Donner une description plus détaillée diminuerait le plaisir de découvrir ce lieu par vous-même. Alors, venez à Bologne pour visiter la maison de saint Dominique dès que le chapitre sera terminé!

 

Le Chroniqueur