Colloque « Les sciences de l’Islam, entre répétition et innovation : Qu’est-ce que commenter en Islam ? »

Picture: 
Colloque « Les sciences de l’Islam, entre répétition et innovation : Qu’est-ce que commenter en Islam ? »
Body: 

L’actualité de ce mois de janvier à l’Idéo a été marquée par un évènement important, la tenue d’un colloque international. C’est la première fois que l’Idéo organise un tel colloque et, de l’avis de tous, ce fut une belle réussite. Cette lettre d’information lui est très largement consacrée.

Colloque « Les sciences de l’Islam, entre répétition et innovation : Qu’est-ce que commenter en Islam ? »

Les 14, 15 et 16 janvier dernier, l’Idéo a organisé un colloque consacré au genre littéraire du commentaire dans l’Islam post-classique (6ᵉ‒13ᵉ siècles A.H./12ᵉ‒19ᵉ siècles A.D.) Inauguré par le président de l’Université d’al-Azhar, ce colloque conclut le « Projet des 200 » commencé en mars 2013 qui avait pour but de mettre en valeur le contexte historique des œuvres de 200 auteurs majeurs du patrimoine arabo-musulman. Le « Projet des 200 » a été financé par la Délégation européenne au Caire.

Les résultats du « Projet des 200 » sont visibles en ligne sur le catalogue de notre bibliothèque. En plus des informations classiques sur les ouvrages (affichées sur la moitié gauche de l’écran), nous présentons sur la moitié droite des informations sur les œuvres elles-mêmes, leur histoire éditoriale, leur contexte culturel (commentaires, réfutations, suites, imitations…), et les relations que leurs auteurs entretiennent entre eux (maîtres, disciples, relations familiales…) Après trois ans de travail, nous avons traité environ 190 auteurs, ce qui représente 15% des 200 000 notices bibliographiques que contient notre catalogue.

Le colloque de janvier se proposait de poursuivre les travaux du séminaire Mellon Sawyer (University of California, Berkeley, 12‒14 octobre 2012) consacré au genre de commentaire et ses sous-genres (marges, gloses, notes…) Seize intervenants se sont succédé, venant de douze pays et de huit universités. Ils se sont ensuite retrouvés en atelier pour discuter et mettre en commun leurs observations. Une cinquantaine de personnes au total ont suivi les travaux du colloque. Nous présentons ici seulement les questions sur lesquelles s’est conclu ce colloque.

Deux visions du commentaire

Deux visions différentes du commentaire semblent s’opposer. La première se focalise sur l’irréductible diversité des commentaires, selon les lieux, les époques, les sciences concernées et les formes qu’ils prennent, se refusant à chercher des points communs. La seconde vision cherche à caractériser des périodes, des évolutions et des constantes. À ce titre, il semble que la systématisation des madrasas ottomanes au 8ᵉ siècle A.H./14ᵉ siècle A.D. constitue un tournant dans l’activité intellectuelle et la production des commentaires.

Sociologie de l’enseignement du commentaire

Quoi qu’il en soit de ces visions générales, les participants sont unanimes à reconnaître que l’étude sérieuse d’un commentaire donné ne peut se faire sans prendre en considération le contexte sociologique qui l’a vu naître et circuler (mécénat, pédagogie, motivation des auteurs).

Fonctions du commentaire

Le séminaire de Berkeley avait longuement étudié les différentes fonctions du commentaire, en particulier en philosophie. Certains intervenants ont ici présenté des textes qui ont servi de base à des commentaires pédagogiques alors même qu’ils contiennent des idées contraires à l’enseignement donné, constituant une sorte d’enseignement a contrario. Plusieurs intervenants ont aussi insisté sur la fonction du commentaire comme harmonisation entre deux pensées opposées. Les commentaires en médecine ou en jurisprudence ont le plus souvent pour fonction d’actualiser la pensée de l’auteur en fonction des nouveaux contextes. Enfin, un intervenant a présenté une fonction « liturgique » soufie assumée par certains commentaires théologiques en Asie du sud-est. Le numéro 32 du Midéo est consacré à cette question, il publiera certaines interventions de ce colloque et reste ouvert à d’autres contributions.

Conférences

Du 27 au 31 janvier, le frère Alberto Ambrosio a donné une session sur le soufisme aux sœurs dominicaines du monastère de Saint-Jean-Baptiste d’Orbey (Alsace).

Le 30 janvier, le frère Emmanuel Pisani a donné une conférence sur le thème « L’islam est-il intrinsèquement violent ? » Cette conférence a été donnée à l’Agora-Tête-d’Or à Lyon, dans le cadre de la journée d’étude « Tendre l’autre joue ? Violence & religion » organisée par les jésuites, les oratoriens et les dominicains de Lyon.

Visites reçues

Ce mois-ci nous avons accueilli à la Maison des chercheurs M. Zoltán Szombathy, enseignant à l’université catholique de Budapest, dans le cadre de notre accord de coopération.

Publications

Alberto Fabio Ambrosio, Quand les soufis parlent aux chrétiens. À la rencontre d’un islam fraternel, Paris : Bayard, 2016.

Alberto Fabio Ambrosio, « Libertà religiosa : Diritto di libertà interiore » in Missioni consolata 118, Gennaio-febbraio 2016, p. 63‒67. Pour lire le texte en ligne…

 

 

 

(09 fèvrier 2016)