Comment entre-t-on dans les fraternités sacerdotales ?

Picture: 
Comment entre-t-on dans les fraternités sacedotales ?
Body: 

A l'occasion de la rencontre à Rome des frères des fraternités sacerdotales, nous avons posé 3 questions au père Philippe JULLIEN (prêtre du diocèse de Nîmes), prieur de la fraternité Bx Bertrand de Garrigues rattachée au couvent de Montpellier.

Comment est venue votre vocation de prêtre diocésain dominicain ?

PJ : Bien avant de rentrer au séminaire, je me posais une question : comment vivre le ministère de prêtre diocésain avec d'autres prêtres en fraternité ? Et je n'ai pas trouvé de réponse satisfaisante pour moi, malgré mes recherches. 4 ans après mon ordination sacerdotale pour le diocèse de Nîmes en 1997, j'ai eu la grâce de recevoir la règle des fraternités de saint Dominique par un ami prêtre de mon diocèse. Ce fut dès lors une évidence et une réponse à mes recherches. St Dominique devenait un compagnon, un frère dans mon ministère sacerdotal. Avec cet ami prêtre, nous avons fondé une fraternité sacerdotale dominicaine à Nîmes en 2001 avec 2 autres prêtres de notre presbyterium. L'aventure dominicaine était lancée pour nous quatre ! Après une année de découverte de l'Ordre des prêcheurs, de la vie de st Dominique et de grandes figures dominicaines, je me suis personnellement engagé dans l'Ordre par une profession au sein de ma fraternité sacerdotale dominicaine, tout en restant pleinement prêtre diocésain aujourd'hui, je peux dire que ce n'est pas un PLUS dans mon sacerdoce mais un MIEUX, à la manière de st Dominique. Beaucoup de choses ont changé dans mon quotidien : ma prière, mes lectures, ma prédication en paroisse, mon apostolat après des familles et des jeunes...

 

Vous êtes le seul français de la province de Toulouse à ces journées internationales des représentants fraternités sacerdotales à Rome. Comment vivez-vous cette expérience ?

 

PJ : En France il existe 4 fraternités sacerdotales dominicaines. En tant que prieur de ma fraternité, il me paraissait important de participer à un tel rassemblement international, réunissant plus d'une trentaine de prêtres diocésains et frères promoteurs venant des 5 continents avec le Maître de l'Ordre et son promoteur. Ces journées d'échanges et de travaux communs sur la règle des fraternités sont passionnantes et me font percevoir tout l'enjeu de faire connaître et de développer cette branche de la famille dominicaine. En effet, nous sommes tous, frères et soeurs en st Dominique, unis et divers dans nos charismes en vue d'un même apostolat par la prédication : contemplare aliis tradere. 800 ans après st Dominique, son élan missionnaire continue d'accompagner des prêtres diocésains dans leur ministère en paroisse. Par ailleurs, ce rassemblement se faisant à Rome ; cette ville m'attirait aussi pour vivre une démarche de pèlerinage en ce jubilé de la miséricorde tout en marquant les 800 ans de L'Ordre des prêcheurs.

 

 Quelle suite à donner à ces journées internationales ?

 

PJ : Nous travaillons sur la règle des fraternités sacerdotales pour proposer des amendements au prochain chapitre général de l'Ordre. Il est important de mieux se connaître et de découvrir les différentes manières de vivre dans le monde cet engagement particulier au sein de l'Ordre. Nous prenons plaisir à tisser des liens entre nous, prêtres diocésains, entre frères promoteurs des fraternités sacerdotales pour mieux comprendre nos identités au service d'une même mission. Unité dans la diversité. Cette expérience de journées internationales ne s'arrêtera certainement pas là et je compte personnellement contribuer à son rayonnement particulièrement en France et dans la province de Toulouse, également. Je reste persuadé que d'autres prêtres diocésains pourraient être intéressés par un tel engagement au sein de l'Ordre des prêcheurs. À nous de faire connaître cette richesse dominicaine pour le bien de l'Église tout entière et de l'évangélisation.

 

 

(24 février 2016)