comment la foi chrétienne peut-elle toucher nos contemporains ?

Subtitle: 
L'imagination chrétienne: conférence du fr Radcliffe, o.p.,
Picture: 
Body: 

Je veux vous parler du plus grand défi qui se pose aujourd'hui pour le christianisme : comment notre foi peut-elle toucher l'imagination de nos contemporains ?

Je suis allé récemment à un débat à Oxford. Il y avait le professeur Richard Dawkins qui est un athée agressif. Une fois, quand j'ai utilisé ce terme, j'ai reçu une lettre de quelqu'un qui disait : "Comment osez-vous nous traiter d'athées agressifs, vous espèce de misérable petit mollusque." Et cela, c'était avant qu'elle ne devienne agressive. Il y avait aussi Rowan Williams, l'archevêque de Canterbury. Le débat fut agréable et intelligent mais, d'une certaine manière, j'ai eu l'impression qu'il n'a pas vraiment levé. Rowan Williams répondait aux arguments de Dawkins. Il pouvait entrer dans l'imagination scientifique de Dawkins. En effet, il y avait très peu avec lequel, lui ou la plupart des chrétiens présents, auraient souhaité être en désaccord. Mais Dawkins semblait incapable de faire le voyage inverse et d'être touché par l'imagination chrétienne de Rowan. À la fin du débat, de façon émouvante, Rowan a parlé de la gratitude avec laquelle il voyait le monde, de l'immensité de l'amour, et ainsi de suite; mais j'ai senti que Dawkins ne le saisissait pas du tout.

C'était comme quelqu'un qui, n'ayant pas de sensibilité musicale, essaierait de faire du sens sur Bartok. Je suis un grand admirateur du peintre dominicain coréen Kim en Jong. Il m'a donné un de ses tableaux pour mon bureau à Rome. C'était une vaste toile avec des couleurs tourbillonnantes sur fond blanc. Quand je l'ai montrée à ma mère, elle a dit : " Mon cher, on dirait ta tunique après un déjeuner particulièrement salissant."

Le christianisme ne sera capable de fleurir en Occident que si nous pouvons toucher l'imagination de nos contemporains. Je crois que le défi que nous offre l'athéisme n'est pas tant intellectuel qu'imaginatif. Comment pouvons-nous partager une imagination chrétienne ? Ce qui est en jeu, c'est précisément la sagesse. La science nous offre la connaissance, qui doit être jugée sur la base de la science. La foi et la philosophie recherchent la sagesse.

Je me demande combien parmi vous êtes allés voir un film remarquable, Des hommes et des dieux ? Il a gagné plusieurs prix au festival de Cannes et, durant son premier mois en France, il a été vu par dix millions de spectateurs. C'est l'histoire vraie d'une petite communauté de moines trappistes vivant dans les montagnes de l'Atlas, en Algérie, durant les années 1990. Une bonne partie du scénario est faite de citations directes des journaux personnels et des lettres des moines. Ils partageaient profondément la vie d'un petit village musulman, où ils étaient aimés comme des amis. Mais peu à peu, ils se sont trouvés emportés dans le violent affrontement entre les terroristes islamistes et l'armée. Que devaient-ils faire ? Devaient-ils partir ou rester ? Finalement, ils ont atteint un consensus : ils devaient rester. Un des villageois a dit : " Nous sommes les oiseaux qui se tiennent sur les branches et vous êtes les branches." Le 21 mai 1996, tous, sauf deux, ont été emmenés durant la nuit et ont été décapités.

Je suis allé voir ce film avec un ami qui est athée, ou peut-être agnostique durant ses bons jours. Le cinéma était rempli de gens comme vous, intelligents et sympathiques, bien que plusieurs d'entre eux, je suppose, n'étaient pas des chrétiens enregistrés. À la fin, il y a eu un silence complet. Personne ne voulait quitter le cinéma. Vous savez, quand vous attendez les derniers génériques, qui était l'assistant technicien et qui a fait les coiffures. J'étais peut-être particulièrement ému parce que j'avais visité l'Algérie juste quatre ou cinq semaines après leur meurtre, pour rendre visite à un de mes frères dominicains, qui était évêque d'Oran. Il s'appelait Pierre Claverie. Lui aussi avait reçu des menaces de mort et je voulais lui montrer mon appui. Nous avons fait le tour du diocèse; il devait toujours téléphoner pour vérifier s'il y avait possibilité d'une embuscade. Le 1er août, Pierre, lui aussi, a été assassiné, ainsi que Mohammed, un jeune ami musulman. Quand je suis arrivé pour les funérailles, j'ai trouvé une religieuse qui était encore en train de ramasser les restes de leurs corps avec une cuillère.

Vous pouvez vous demander pourquoi je n'ébauche pas une belle grande théorie de l'imagination chrétienne ? Pourquoi je veux parler d'un film particulier que peut-être certains d'entre vous n'avez pas vu ? C'est parce que l'imagination chrétienne est chez elle dans le particulier. Elle est liée à un homme juif particulier qui a vécu au Moyen-Orient il y a deux mille ans. Les chrétiens donnent à cet homme une signification universelle, mais nous y arrivons en passant par le particulier. Les idéologies qui ont crucifié le 20e siècle ont souvent offert des rêves de rédemption universelle, comme le communisme, le fascisme. Wislava Szymborska était une poétesse polonaise, morte en février dernier. Au début, elle était une poétesse communiste, mais elle a abandonné le communisme parce que c'était trop abstrait : "J'agissais pour l'amour de l'humanité. Puis j'ai pris conscience qu'il ne fallait pas aimer l'humanité mais plutôt aimer bien les gens". Même la science porte sur la découverte de règles générales, en abstrayant à partir du particulier.

Des hommes et des dieux nous touche d'abord parce qu'il s'agit de gens particuliers qui vivent dans une communauté particulière. Les acteurs sont si convaincants qu'il est presque impossible de ne pas croire qu'ils sont vraiment les moines qui ont été assassinés. Après près de cinquante ans de vie religieuse, je peux détecter un faux moine en une nano-seconde. Il y a une charmante scène où un moine est de mauvaise humeur et durant la vaisselle il dit au vieux Luc : "Fous le camp". Cela indique une bonne connaissance de la vie religieuse !