Contribution des Dominicain(e)s à l’EPU sur les Philippines

Picture: 
Contribution by the Dominicans to the UPR on the Philippines
Body: 

En mai 2017, Dominicans for Justice and Peace a contribué à la révision des Philippines au processus de l’Examen Périodique Universel (EPU) de l’ONU. Ce mécanisme onusien, lancé par le Conseil des Droits de l’Homme il y a huit ans, permet d’évaluer la situation des droits de l'homme dans chaque Etat membre de l’ONU tous les 4 ans et demi. Ce processus de révision est une possibilité unique pour les Dominicain(e)s à l’échelle locale de partager leur vision de la situation des droits de l’homme dans leur pays et de soulever leurs inquiétudes sur une plateforme internationale. Avant chaque examen, le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) soumet un rapport compilant les informations provenant des soumissions des ONG, telle que la nôtre. Ces informations peuvent ensuite servir aux Etats qui formulent leurs recommandations à l’Etat en examen.

Avec le soutien de la Sœur Cecilia Espenilla, Dominicans for Justice and Peace a pu soumettre un rapport sur la thématique de la traite des êtres humains aux Philippines. Parmi les 51 soumissions de la société civile, 16 ont fait référence directement ou indirectement à la question de la traite des êtres humains (incluant la nôtre). Plusieurs rapports ont souligné la question du travail servile, notamment le travail et l’exploitation sexuelle des enfants, pratiques qui sont souvent liées au trafic d’êtres humains. Dans son rapport résumant les soumissions des ONG, le HCDH s’est directement référé aux informations du rapport des Dominicain(e)s en ce qui a trait au manque de volonté politique de la part du Gouvernement de mettre en oeuvre pleinement la loi sur la lutte contre le trafic d’êtres humains (‘Anti-Trafficking in Person Act’), notamment pour des raisons de corruption. Le rapport du HCDH s’est également référé à notre recommandation destinée au Gouvernement philippin d’augmenter les ressources financières pour les refuges pour les victimes de la traite des personnes.

Parmi les 257 recommandations faites par les Etats aux Philippines pour améliorer la situation des droits de l’homme dans le pays, pas moins de 27 Etats ont fait des recommandations sur la question de la traite des personnes, incluant l’exploitation des enfants. Deux de nos recommandations sont similaires à celles de nombreux Etats. La recommandation aux Philippines de prendre toutes les mesures nécessaires pour enquêter sur les opérations de traite des personnes et de poursuivre les trafiquants a également été soulevée par le Botswana et le Saint-Siège. Tout comme Cuba, la Chine, l’Indonésie et la Sierra Leone, nous avons appelé les Philippines à renforcer la coopération avec les autres pays et à prendre des mesures sur le plan bilatéral, régional et international afin de mieux protéger les Philippins.

En somme, la participation des Dominicain(e)s à l’EPU sur les Philippines aura renforcé les préoccupations des ONG et des Etats pour la question de la traite des personnes. Face à cette pression internationale, espérons que le Gouvernement philippin consolidera ses efforts et sa détermination pour lutter contre le problème généralisé de traite d’êtres humains dans le pays.

 

(23 juillet 2017)