Discerner la spécificité de l’Ordre des Prêcheurs en Afrique

Picture: 
fr Bruno Cadore, op
Body: 

La 13ème Assemblée générale de l’Interafricaine (IAOP) tenue à Ibadan au Nigeria, du 28 mai au 2 juin 2017 sous le thème : « La renouveau de la vie et de la mission dominicaines en Afrique » a été l’occasion pour le Maître de l’Ordre, le frère Bruno Cadoré, de développer des points particuliers concernant l’Ordre en Afrique. Il a souligné le souci extrêmement vif de discerner la spécificité de l’Ordre en Afrique, dans l’étude, dans la façon de faire de la théologie, etc.

Le Maître de l’Ordre a d’abord présenté les cinq priorités qui se dégagent des Actes du chapitre général de Bologne 2016 à savoir : 1/ La Restructuration, c’est-à-dire, poursuivre et consolider le renouvellement des provinces, des vicariats et des Institutions de l’Ordre ; 2/ La dynamique de l’articulation de la vie et la mission des communautés et des provinces ; 3/ La collaboration, enraciner de la prédication dans la collaboration ; 4/ Le renouvellement de l’interaction entre les Institutions sous la juridiction immédiate du Maître de l’Ordre et la mission de l’Ordre tout entier ; 5/ Le renouvellement de la mission spécifique de l’Ordre dans l’Eglise.

C’est dans cette perspective que le Maître de l’Ordre a parlé du discernement de la spécificité de l’Ordre en Afrique. Il a rappelé que l’Ordre a la charge d’annoncer la bonne nouvelle que l’Eglise est évangélisatrice, c’est-à-dire, une famille de prédication. Il est important, souligne le fr. Bruno que l’Ordre soit fondé sereinement et en fondant son futur sur les Africains.

Un des lieux de renouvellement de la mission spécifique de l’Ordre en Afrique et de l’enracinement de la prédication dans la collaboration est certainement le Centre d’Études Spécialisées (CES) ou l’Institut pour le dialogue entre la théologie et les cultures africaines et les religions traditionnelles demandé par le chapitre général de Bologne (ACG Bologne 2016, n° 186). Cet institut dont le frère Anthony Akinwale a présenté la « vision philosophique » basée sur l’écoute et le dialogue trouve sa raison d’être dans la problématique de l’inculturation. L’apprivoisement dans une même tête de cultures différentes. Les frères et les soeurs en Afrique doivent aider l’Ordre à regarder cela d’une manière intelligente, posée et lucide. Pour le fr. Bruno, cette expérience du croisement culturel est importante pour l’annonce de l’Evangile.

Dans ses « encouragements suffisants », le fr. Bruno a exprimé sa gratitude aux frères pour l’accueil chaleureux, le travail et la réflexion de la 13ème Assemblée de l’IAOP. Il a lancé un appel aux laïcs dominicains en Afrique, aux soeurs, aux moniales et à la jeunesse dominicaine en vue de la mission, dans une dynamique de collaboration, car ils tous sont des acteurs de l’évangélisation. L’Ordre doit se souvenir qu’il est constitué par le monde tel qu’il est (tranquille et moins tranquille). Comme prêcheurs nous devons être là où le monde vit des mutations profondes, dans les lieux de « l’intranquilité » du monde. Le souci des pauvres, des opprimés n’est pas effacé par la vie religieuse. D’où le besoin d’une réelle culture de la solidarité. Il y a des moments où la solidarité globale doit aider à la prédication future. C’est pourquoi, il faudrait se battre pour qu’il n’y ait pas d’entités qui soient plus mendiantes que d’autres. Toutes ces situations éveillent le souci de justice et paix qui s’articulent sur toute la vie.

Enfin, le Maître de l’Ordre a évoqué la perspective d’un pèlerinage sur les pas de Dominique (dans l’écoute de Dominique) destiné à l’ensemble des formateurs de l’Ordre. Ce projet prévu pour 2018 a pour objectif d’actualiser aujourd’hui les pas de saint Dominique, actualiser les intuitions de la mission en Amérique, intégrer dans l’Ordre les défis des terres africaines, et éveiller les formateurs aux questions qui se posent dans l’ensemble de l’Ordre.

fr. Gabriel Samba, op.

 

(26 juillet 2017)