Du sable du désert au sang de la Croix

Subtitle: 
Homélie pour le 1er Dimanche du Carême
Picture: 
Body: 

Il est des batailles qui décident l'issue d'une guerre :  en  un instant, dans la membrure du temps, l'histoire semble s'y contracter pour s'y déployer ensuite.

Tel fut  la bataille que perdirent  les fils d'Adam dans l'Eden, marqué dès lors du péché des origines
Tel fut  la bataille que reporta le nouvel Adam (le Christ) qui effaça alors le péché des origines.

La première étape du Carême nous plonge au désert des tentations, dans le sable mouvant où l'humanité semble  s'enfoncer irrémédiablement.
La dernière étape du Carême plonge dans le cœur du sauveur la lance d'une passion  qui par son  sang arrache définitivement l'humanité à sa perte.

Entre le sable du désert du  tentateur et le sang de l'Agneau vainqueur, se tient tout notre carême, en fait toute notre vie dans l'épaisseur de son combat spirituel. Partir au désert, c'est dans la tradition spirituelle dévoiler ce combat. Entrer en Carême, c'est engager la belle bataille de la foi dans la prière, l'aumône et le jeune. Et c'est le Christ qui est notre héraut : il porte sa croix comme un étendard.  Sa première étape est d'en dévoiler  les ressorts.

Dans les 3 cas de la Genèse, du désert de cet évangile, et de notre combat individuel, les mêmes armes équipent l'adversaire : comme disaient les anciens Sciendi, sentiendi, dominandi ie L'appétit démesuré de la connaissance, de la jouissance sensible ou du pouvoir.  Que ce soit dans l'Eden, l'arbre de la connaissance, le fruit désirable, être comme des Dieux, ou dans le désert, la tentation du pain, dominer le monde ou déterminer la volonté divine... pas difficile de dévoiler dans notre vie à chacun les parallèles de ces 3 tentations archétypales cachées derrière tout péché. Si vous manquez d'imagination, interrogez  votre confesseur de le dicerner (soit dit en passant excellente occasion du Carême que la confession).

Ces 3 étapes écrivent  l'épopée d'un combat désespéré ( que sont nos forces face aux légions démoniaques)  qui se transforme en victoire finale. Une histoire qui finit bien somme toute ? Oui, sauf qu'il est  beaucoup moins drôle de saisir qu'elle doit passer par le sang de la Croix, que la victoire du Christ dans le désert des tentations n'y suffit pas. Au désert, en apparence, le Christ est vainqueur de tentateur : « Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! » Alors le diable le quitte. » Mt4,11

À trois reprises, il repousse Satan. À trois reprises les paroles de l’Écriture comme un glaive de lumière tranche les faux syllogismes du Tentateur et en dévoilent la perversité.   Pour la première fois dans l'histoire du monde un duel jamais remporté jusqu’alors entre  un fils d'homme et le démon. (Le Christ reste opaque au démon. Il ne parvient pas à forcer la porte et à entrer en lui. L'identité de cet homme dont il pressent la force extraordinaire et probablement quelque chose de la mission messianique lui est une énigme insupportable.) Mais Luc rajoute une incise décisive: « Ayant ainsi épuisé toute tentation, le diable s'éloigna de lui jusqu'au moment favorable. (Luc (BJ) 4) » L'affrontement va se déplacer, sournoisement dans la vie publique de Jésus comme souvent dans la notre puis visiblement dans le déchaînement de la passion. Vivre le Carême, n'est-ce point saisir cet ordre de bataille ?

Or à la croix, les paroles douloureuses se sont transformées en hurlement d'une  haine qui se sait victorieuse :  
« Au désert tu as refusé ma puissance, voici que tes mains et tes pieds sont désormais cloués dans une impuissance absolue. »
« Tu as as écarté le pain et c'est maintenant tout ton corps qui crie épuisé sa soif »
« Tu as refusé de tenter Dieu en te jetant du pinacle du Temple ; voilà que tu le tentes en te jetant dans la mort  du haut de la Croix»
« Voici l'heure où le Fils de l'homme va être mis à mort »  Voici la bataille ultime qui donne sens et conclut le dialogue au désert. Voici l'heure où C'est la croix qui nous donne la compréhension du combat engagé par Christ au désert.  Voici le centre de l'histoire où chaque Carême nous replonge : « de même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste. » Ce n'est plus les paroles de l'Écriture qui le Christ dresse contre le Tentateur mais la Parole unique et silencieuse du Verbe : « il les aima jusqu'au bout »

Entrer dans un Carême qui nous prépare du désert au sang de la Croix à cette bataille c'est saisir que ce sont les mêmes tentations que nous affrontons que le Christ au désert.   Le démon avait échoué à corrompe l'esprit du Christ, dans un corps à corps ultime il en  déchire sa chair. Sa chair ? La nôtre ! Le corps des croyants agrégés à la tête qu'est le messie, le collège des disciples qui défaillent et s'éparpillent, les chrétiens qui défaillent et éparpillent l'Église.  La tentation au désert éclaire celle que nous devons affronter à la Croix :

Tentation de connaissance :  notre désir de vérité défaille face à un Dieu  dans la laideur du crucifié qui n'a plus d’apparence humaine
Tentation sensible :  notre appétit sensible  se révolte face aux épreuves physiques qui marquent le  corps.
Tentation de notre ambition humaine à conquérir le monde qui échoue face à un roi-messie qui meurt.

Mais déjà nous avons la victoire et entrer dans le Carême c'est renouveler cette certitude. « Quand je serais élevé, j'attirerais tout à moi » dit le Christ. Son corps lacéré devient translucide de la présence de Dieu. Le corps de l'Église blessé  laisse transparaître la présence de Dieu qui seul explique sa pérennité malgré les péchés de l'humanité.

Tentation de connaissance ? La croix nous révèle la vraie innocence et nudité d'un Dieu qui n'est que don, du Fils qui dépose l'Esprit Saint dans la remise au Père. Victoire !

Tentation sensible ? Le cri de soif du Christ révèle l'infinie soif de Dieu d'aimer en vérité tout homme. Victoire !

Tentation de dominer le monde ? De son côté transpercé  et dans le sang naît l’Église, épouse de Dieu et vraie domination d'amour dans la monde. Victoire !

Oui, vraiment c'est une victoire, absolue et totale que la tentation au désert. Elle s'accomplit dans nos Croix. Alors, n'ayons pas peur de suivre l'étendard de la Croix et de la planter en ce Carême dans   nos batailles. Elle est gage de victoire.

 

(5 mars 2017)