Echos de la 13ème Assemblée Générale de l’Interafricaine (IAOP) : Première partie

Picture: 
Echoes of the 13th General Assembly of Inter-Africa (IAOP)
Body: 

Du 28 mai au 2 juin 2017, s’est tenue la 13ème Assemblée générale de l’Interafricaine (IAOP) au couvent saint Thomas d’Aquin, d’Ibadan, Nigeria sous le thème : Le renouveau de la vie et de la missions dominicaines en Afrique. Cette assemblé à laquelle a pris part le maître de l’Ordre, le fr. Bruno Cadoré a connu la participation des supérieurs majeurs et des délégués des entités de l’IAOP (à l’exception de ceux de la vice province d’Afrique australe qui n’ont pas pu avoir le visa), des membres du CC-IAOP  et de nombreux  invités et observateurs ; soit un total de 37 participants. Le fr. Emmanuel Ntakarutimana était le modérateur et le fr. Anthony Akinwale, le conférencier principal du thème de l’assemblée. La présentation des différents rapports, la conférence et les interventions du Maître de l’Ordre sur les cinq priorités issues des Actes du chapitre de Bologne 2016 ont permis de relever les thèmes  importants de réflexion, d’identifier les défis majeurs  et de prendre des décisions pour l’avenir.

Parmi les questions importantes qui ont émergées de l’Assemblée, il  y a la formation notamment avec le projet de noviciat commun. La Maître de l’Ordre a invité l’Assemblée à quitter l’abstraction d’un noviciat commun pour un dialogue qui part de la réalité existante de manière à faire un pas concret allant dans le sens renforcer les noviciats d’accueil existants. La vie intellectuelle : concernant l’Institut sur la juridiction immédiate du Maître de l’Ordre demandé par le chapitre général de Bologne  pour le dialogue entre la théologie et la culture, le fr. Bruno a précisé que  le prochain socius pour la vie intellectuelle aura en charge cette question. Cependant,  il y a des préalables qui s’imposent : 1/Donner la parole à l’IAOP, notamment à l’équipe technique dirigée par le frère Anthony AKINWALE ;  2/Le temps de travail dans la plénière ; 3/le retour des entités de l’IAOP, notamment le CC-IAOP. Le MO a donc proposé que la petite commission technique reste son interlocutrice pour les étapes suivantes. Une petite commission présidée par le fr. Roger Gaise a réfléchi sur la collaboration entre les universités pour étoffer notre « label » dominicain.  La communication : continuer avec la publication d’Afridoms Flash et relancer Afridoms Magazine. La vie économique : une petite commission présidée par le syndic de l’IAOP a réfléchi sur l’avenir économique de l’Interafricain. Les questions de justice et paix, la présence de l’Ordre en Afrique australe et l’intégration officielle de la communauté de Malabo à l’IAOP ont été aussi abordées. Elles ont été soumises au comité de décision pour délibération.

Le  nouveau comité de coordination
•           Coordinateur de l’IAOP et Socius pour l’Afrique (jusqu’en novembre 2017) : fr. Gabriel Samba
•           Conseiller de l’IAOP pour la vie intellectuelle : frère Paul OTIKO.
•           Conseiller de l’IAOP pour la formation : frère Roger GAISE
•           Conseiller de l’IAOP pour Justice et Paix et famille OP : frère Emmanuel MULU
•           Syndic de l’IAOP : frère Raphaël Uwineza MANIKIZA

Le mandat du CC-IAOP est de trois ans, donc jusqu’à la prochaine Assemblée générale de l’IAOP qui aura lieu en 2020 en Angola. Quant au Mini-sommet, il aura lieu du 18 au 23 décembre 2018 en Côte d’Ivoire.

Echos de la 13ème Assemblée Générale de l’Interafricaine (IAOP) : Deuxième partie

Conformément aux Statuts de l’IAOP (art.8 § 2), le comité de décision (supérieurs majeurs + comité de coordination) s’est réuni immédiatement à la fin de l’Assemblée à Ibadan, le 2 juin. Il a pris les orientations et décisions suivantes sur les points importants qui ont émergé de l’Assemblée.

La formation : Suivant le conseil du Maître de l’Ordre demandant de « quitter l’abstraction d’un noviciat commun », le comité de décision soutient l’idée de renforcement des noviciats existants et demande aux entités concernées de procéder en trois étapes : 1/L’entité qui a le noviciat à renforcer réfléchit à la question (quelle capacité d’accueil) ; 2/Les entités regroupées discutent sur le projet ; 3/Ces entités regroupées présentent le projet à l’IAOP, en précisant leurs contributions respectives et la demande d’appui. L’IAOP adressera la demande à Spem Miram Internationalis ou à d’autres Provinces.

La vie intellectuelle : Le comité de décision donne mandat au conseiller pour la vie intellectuelle de : 1/Mettre à jour la base de données concernant les professeurs engagés dans l’enseignement supérieur et universitaire. 2/En lien avec les supérieurs majeurs, promouvoir un cadre de collaboration entre les instituts et universités au sein de l’IAOP, notamment par l’échange de professeurs et d’étudiants. L’évaluation de ces deux décisions sera faite au prochain Mini-sommet de l’IAOP en décembre 2018.

La vie économique : Le comité a décidé de former une équipe technique, efficace et compétente, présidée par le syndic de l’IAOP et constituée de frères Julio Candeeiro (Angola), Alexius Agba (Nigeria) et Jean-Rufin Munkwomo (R.D. Congo). Le mandat de cette équipe technique est de : 1/Identifier et étudier la faisabilité des projets viables d’auto-subsistance de l’IAOP ; 2/Lever des fonds ; 3/Repérer les projets de l’IAOP à financer.

La communication : Le comité de décision demande au nouveau Socius pour l’Afrique de prendre en compte la demande de relance d’Afridoms Magazine, exprimée au cours de la 13ème Assemblée générale. Il en fera un compte-rendu au prochain mini-sommet en décembre 2018.

La présence de l’Ordre en Afrique australe : L’Assemblée a été édifiée sur la diversité d’apostolats intéressants susceptibles de permettre une croissance rapide de la présence dominicaine en Zambie, ainsi que sur les collaborations régionales qui se développent. L’Assemblée a donc encouragé le dialogue et la collaboration entre les entités concernées. La Curie généralice suit le dossier. Elle encourage une collaboration élargie entre les branches de la famille dominicaine en Afrique australe. Le comité de décision n’a pas jugé opportun de délibérer sur la question de la détermination des limites territoriales d’une entité, précisant que cela relève de la compétence du Maître de l’Ordre. Une question doit permettre de discerner : Est-ce que nous œuvrons pour une expansion (être partout) ou pour une spécificité de la mission de l’Ordre dans une région donnée ?

Collaboration et Justice et Paix : L’Assemblée a exprimé l’importance de retrouver la flamme de collaboration du début de l’IAOP. La collaboration interafricaine doit être une forme d’écoute et une expression de prédication prophétique. Quant à la question de Justice et Paix, le comité a rappelé que c’est l’affaire de tous les frères et non pas du conseiller pour Justice et Paix et famille dominicaine tout seul.

Le thème de réflexion pour les trois prochaines années. Les membres du comité de décision y continuent à y  réfléchir. Ils et enverront des idées au Socius pour l’Afrique. En attendant, nous continuons à travailler le thème du renouveau.

fr Gabriel Samba, op

 

(15 juillet 2017)