Entrer dans la prière avec nos frères orthodoxes

Picture: 
Entrer dans la prière avec nos frères orthodoxes
Body: 

Du 16 au 27 juin prochain, à l’académie orthodoxe de Crète, se réunira le grand concile panorthodoxe. Appelé de tous ses vœux, il y a 50 ans par le patriarche Athénagoras, il a été soigneusement préparé par les représentants de toutes les Eglises orthodoxes dans le monde. Ne devons-nous pas nous réjouir, et souhaiter que chacun des représentants des quatorze Églises se sente compris et écouté, sans oublier les membres de la diaspora ?

Ce concile manifestera au monde que « l’Église est une, sainte, catholique et apostolique, une par nature ». (Patriarche Cyril).

« Comme le vin manquait, la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont plus de vin »(Jn 2, verset 3)

Le dernier concile de l’Église orthodoxe remonte à 787. L’Église était alors unie dans la même tradition, célébrant la même Eucharistie. Puis des divergences sont apparues, et la perte de l’unité. Depuis, tout un chemin a été fait, pour restaurer des relations entre les Eglises d’Orient et Occident, dans la reconnaissance de leurs richesse mutuelles, tout en se reconnaissant différentes. Un pas immense a été accompli depuis peu, par exemple grâce à la déclaration commune entre le patriarche Cyril et le pape François. Ils « appellent les Églises chrétiennes à défendre les exigences de la justice, le respect des traditions des peuples la solidarité effective avec tous ceux qui souffrent ». N’est ce pas un avant goût du vin nouveau du royaume de Dieu qui nous est donné, grâce à la demande de la mère de Jésus, au maître de la Vigne ?

Jésus dit aux servants : « remplissez d’eau ces jarres ». (Jn. 2, verset 7)

Plusieurs points seront examinés au concile, notamment la réponse que l’Église orthodoxe donne aux questions de la modernité sur la base de sa tradition multiséculaire. Il y a là un difficile enjeu à garder, entre ce qui ne doit pas être évacué, le trésor de l’Église orthodoxe, sa doctrine, les richesses de sa liturgie, et ce qui doit être renouvelé, pour s’adapter aux besoins actuels, à tant de questions et défis contemporains, qui demandent un renouvellement de certaines pratiques. Puissent les membres du concile être dociles à l’Esprit qui fait toutes choses nouvelles, sans éteindre « la mèche qui fume encore ».

Prions Jésus et sa mère Marie, attentive aux besoins des hommes.

- Jésus, daigne assister nos frères orthodoxes qui seront réunis en concile en juin prochain, accomplis en eux l’œuvre de la foi, remplis leurs cœurs de toutes les grâces de l’Esprit.
- Jésus, nous te prions pour les chrétiens persécutés du Moyen-Orient. Fortifie-les dans leur foi. Nous te confions en particulier les deux métropolites enlevés, Paul Yarigi, du patriarcat d’Antioche, et Gregorios Yohanna Ibrahim de l’archidiocèse syriaque, kidnappés en Syrie, en 2013.
- Jésus, nous te prions pour la paix en Ukraine, afin, que catholiques et orthodoxes puissent vivre dans la paix et la concorde.
- Jésus, nous te rendons grâce pour la bénédiction de la future cathédrale russe orthodoxe de la Sainte Trinité à Paris, en bordure de Seine, qui a eu lieu le 19 mars. Fais qu’elle puisse devenir un lieu ouvert, de rencontre et de célébration avec les autres chrétiens.
- Jésus, nous te rendons grâce pour les échanges et rencontres entre séminaristes, entre moines et moniales orthodoxes et catholiques. Nous avons conscience du riche patrimoine liturgique et spirituel de l’Orient. Nous te bénissons aussi pour tout l’héritage artistique que nous partage la Russie, en particulier pour les créateurs de ces images de théologie que sont les icônes . Apprends-nous, par ton Esprit, à nous laisser nous aussi transfigurer, en nous laissant attirer vers la lumière intérieure.

Rédigé par Soeur Myriam, moniale op

 

(3 mai 2016)