La communauté de Bangui réduite à deux frères

Picture: 
la communauté de Bangui
Body: 

Ils ne sont plus que deux frères dans la communauté de Bangui en République Centrafricaine : les frères Richard Appora et Justin Ndéma. Le troisième frère, Pierre-Chrysologue Toulou est extraconventum, il habite au Grand séminaire de Bangui. Les deux autres frères qui forment la communauté : Ilitch Ewolo et Ponce Nérée Miantoko ont quitté Bangui le samedi matin 11 janvier 2014. Ils sont partis au Cameroun pour souffler un peu : Ilitch à Douala et Ponce à Yaoundé.

C’est dur de partir, fut-il pour un temps, car on laisse derrière soi, d’autres frères de la communauté, des parents, des amis, le peuple de Dieu qui a tant besoin de notre présence en ce moment particulièrement difficile. C’est aussi dur de rester dans cette situation difficile, vivre sous tension, dans l’insécurité et l’incertitude. C’est la situation de la communauté de Bangui, une toute petite communauté, nouvelle, très fragile. La maison n’a été ouverte qu’en septembre 2012. Et les frères se sont vite intégrés dans l’Eglise locale. Ils enseignent au Grand séminaire, ils prêchent les retraites et recollections. Ils sont en train de construire la chapelle communautaire. Deux frères sont partis, d’autres sont restés, en solidarité avec les parents, les familles, les amis et tout le peuple centrafricain. C’est un témoignage évangélique, avec un courage de martyre.

De loin nous ne nous rendons pas compte de la réalité dans laquelle vivent nos frères et soeurs, parce que personne ne nous en parle ; et ce que disent les médias est parfois loin de la réalité concrète sur place. Beaucoup de nos frères ont perdu leurs parents : la maman du fr. Octave Lionel était tuée à bout portant chez elle, le papa du fr. Romaric Mandaba a été tué chez lui à coups de couteaux, celui du fr.Merlin Cyriaque Lambaty-Koy a été kidnappé et assassiné, on l’a retrouvé mort. L’oncle du fr. Léon-Cyrille Keressé a été assassiné… et la liste est loin d’être exhaustive. Des maisons et des biens ont été pillés, saccagés, des églises et mosquées profanées. Des milliers de personnes sont encore déplacées et vivent dans des conditions dramatiques dans les églises, les mosquées, à l’aéroport.

Le 27 novembre 2013, le Maître de l’Ordre, le fr. Bruno Cadoré me confiait ce message pour les frères et soeurs à Bangui : « Je pense tout particulièrement aux frères et soeurs qui sont en Centrafrique et aux difficultés auxquelles les gens sont confrontés, à la difficulté extrême de l’incertitude et des risques des violences. Je suis sûr que la famille dominicaine porte ce souci en la présence de Dieu, lui demandant en ce temps qui nous mène à la Nativité de « conduire nos pas au chemin de la paix ». Je me réjouis particulièrement de savoir nos frères présents avec la population de ce pays, pensant à eux et à tous les leurs.»

Ce dimanche 12 janvier la situation était calme contrairement à la journée d’hier, et la nuit qui a suivi l’annonce de la démission du président de la transition, Michel Djotodia, en dépit de la liesse manifestée par la population. Les frères ont eu la messe du Baptême du Seigneur avec beaucoup de fidèles. Nos soeurs dominicaines vont bien. Les deux jeunes soeurs de St Thomas d’Aquin (PK12) qui se sont réfugiées un moment à la paroisse pour raison de sécurité ont regagné leur communauté il y a 3 jours. Les DMA (Combattant) se portent bien et se préparent à aller à l’intérieur du pays, à Mbayiki pour une profession solennelle à Mbata. Le frère Toulou a fait un tour dans son village à Moungoumba. N’oublions pas nos frères et soeurs dans nos prières. Un petit message ou un appel les réconforteraient.

fr. Gabriel Samba, op

(12 janvier 2014)