La joie du don gratuit de l’appel de Dieu

Picture: 
La joie du don gratuit de l’appel de Dieu
Body: 

L’appel à suivre le Christ est un don gratuit de Dieu. Les moniales dominicaines du monastère Notre Dame de la paix de Rweza au Burundi ont célébré la joie de la gratuité de ce don à l’occasion de la profession temporaire de soeur Emilienne de la Transfiguration du Seigneur et de la profession solennelle des soeurs Agnès Marie et Valérie de la Présentation. Ces professions ont eu lieu le 24 juin 2017, en la solennité de la naissance de saint Jean Baptiste. Au cours de cette même célébration, la soeur Agnès Tansi du monastère de saint Dominique de Bambui au Cameroun ( en séjour au monastère de Rweza), a célébré le jubilé d’argent (25 ans) de vie religieuse. Une novice nous partage la joie de ce grand jour.

La messe était présidée par Monseigneur Gervais Banshimiyubusa, évêque de notre Diocèse de Ngozi (Burundi). Elle a commencé à 10h30 par une procession d’entrée faite des membres du groupe choral central (représentants des 3 groupes choral encadrés par le monastère), une vingtaine de religieux et religieuses, des frères dominicains, des moniales, des laïcs dominicains, une dizaine de prêtres diocésains ainsi que le peuple chrétien qui nous entoure. Les membres des familles des soeurs en fête nous attendaient dans la chapelle.

Les textes de l’Ecriture proposés pour l’occasion (Is 49, 1-6, Ep 1, 3-5, Jn 15, 9-17) nous ont rappelé que l’appel à la suite du Christ est un don gratuit de Dieu. Dans son homélie, Monseigneur Gervais les a explicités en 3 phases : l’appel de Dieu qui est individuel même si la personne appelée doit mener une vie commune avec les autres ; la réponse généreuse, joyeuse, personnelle et pleine d’amour envers celui qui nous appelle ; la fidélité constante dans l’amour et la joie à l’appel reçu et à la réponse donnée, même dans les moments difficiles de la vie.

L’évêque nous a donné l’exemple de la Sainte Vierge Marie qui a toujours chanté son Fiat et son Magnificat même aux pieds de la croix de son Fils. Notre fidélité à la volonté de Dieu ajouta-t-il, quoi qu’il nous en coûte, nous associe à la souffrance rédemptrice du Christ et à la joie de la Résurrection. Nous devons donner notre témoignage de joie et d’amour en actes concrets dans le quotidien de la vie pour révéler au monde la sainteté de Dieu et la présence du Christ toujours vivant au milieu des siens.

Après l’homélie, est arrivé le moment le plus émouvant de la célébration. Les 3 soeurs firent leur profession dans les mains de la soeur Claire Marie du Rosaire, prieure du monastère. La soeur Emilienne de la Transfiguration a fait profession pour 3 ans ; tandis que les soeurs Agnès Marie et Valérie de la Présentation pour toute leur vie. Pour ses 25 ans de fidélité au Seigneur, la soeur Agnès Tansi a fait une prière d’action de grâce dans sa langue anglaise, traduite en langue kirundi par le fr. Liboire Kagabo du couvent St Thomas d’Aquin de Bujumbura, Burundi, pour une bonne compréhension de tout le monde. Les félicitations accompagnées d’un chant approprié s’ensuivirent et la messe a continué. Après le chant d’action de grâce, il y a eu les discours du frère Liboire, d’un laïc dominicain de Bujumbura, d’un représentant des familles de nos soeurs élues et d’un représentant du gouvernement. L’évêque a clôturé la messe par la bénédiction solennelle à 14h.

La célébration de la fête continua avec le repas festif. Là, la parole a été donnée aux professes qui ont exprimé leur gratitude envers Dieu, leurs parents, la communauté, les invités et à tous ceux qui ont contribué à l’épanouissement de leur vocation contemplative. Tout a été ramené à sa fin par le discours de l’évêque et sa prière de bénédiction sur toute l’assemblée. Nous prions pour ces élues et nous les confions à votre prière afin qu’elles puissent rester fidèles à leurs engagements religieux.

Marie, novice, op.

 

(1 aout 2017)