La liturgie des Heures

Subtitle: 
Une réflexion de Laics dominicains
Picture: 
Body: 

Pourquoi célébrer la liturgie des heures ?

Une base ecclésiale 

L’Église est « Corps mystique du Christ ». (L.G. 1,7). Les baptisés sont un seul corps dont le Christ est la tête. C’est ce qui permet de comprendre l’affirmation que l’on trouve dans la Constitution sur La Sainte Liturgie de Vatican II (S.C 1,7) : « … la liturgie est considérée comme l’exercice de la fonction sacerdotale de Jésus-Christ… » … « Par suite, toute célébration liturgique, en tant qu’œuvre du Christ prêtre et de son Corps qui est l’Église, est l’action sacrée par excellence dont nulle autre action de l’Église ne peut atteindre l’efficacité au même titre et au même degré. »

Une base dans l’Ordre

Dans la lettre de promulgation du « Propre de l’Ordre des Prêcheurs », en 1983, le Père Vincent de Couesnongle, M° de l’Ordre, dit : « La liturgie, où s’accomplit l’œuvre salvifique du Christ, perpétuée par l’Église, est en même temps l’actualisation de cette parole de Dieu, à l’annonce intégrale de laquelle notre Ordre est totalement député. ». (Les Frères, Moniales, Sœurs et Laïcs sont tous concernés, cf § 5.)

Une invitation faite dans la règle des fraternités : « Pour progresser dans l’accomplissement de leur vocation, inséparablement contemplative et apostoliques, les laïcs de saint Dominique recourront principalement aux sources suivantes… la prière liturgique en union avec toute la famille dominicaine… »(Ch II § 10, d)

« L’eucharistie comme « soleil » de la liturgie des heures » J’emprunte l’expression à D. de Reynald parce qu’elle est belle et me paraît très parlante du lien qui les unit. La liturgie des heures ne saurait se passer de l’eucharistie, elle s’y réfère sans cesse, mais elle en développe les facettes comme le soleil joue dans les vitraux.

Présence du Christ à notre temps : « Lorsque deux ou trois sont réunis en mon nom » (Mt 18,20). Grâce de présence du Christ, qui avec son Eglise rend grâce à Dieu. « Sanctification » du temps, par l’Esprit, dans la louange de Dieu et la mémoire du Christ. Partout dans le monde et à toute heure, la prière des heures s’élèvève.

    Laudes : Célèbre le retour de la lumière, évoque la résurrection du Christ, sa présence à son Église et par l’espérance anticipe sur son retour glorieux.

    Vêpres : Remerciements à Dieu pour le jour écoulé. Le Christ est celui qui apporte la vraie lumière, celle de la foi. Action de grâce pour la création et la rédemption.

Une école de Vie

La liturgie des heures exprime, aide à faire comprendre et à célébrer le fait que la résurrection du Christ est au centre de notre vie chrétienne, que c’est par elle que notre Vie est assurée, aujourd’hui et pour toujours.

De par sa structure, par la pratique de l’équilibre entre Laudes et Vêpres, l’équilibre interne de chaque célébration entre le faire mémoire, les invocations pour le présent et l’attente de « l’à venir », la liturgie des heures rythme la louange au long du jour, elle entraîne dans un mouvement de louange, un peu comme une danse.

Les Psaumes, précédés d’antiennes spécifiques, sont placés de telle sorte que leur lecture christologique est plus accessible, ce qui nous aide à participer à la prière du Christ, pleurant avec ceux qui pleurent et se réjouissant avec ceux qui se réjouissent.

La liturgie des heures est une école de décentrement, elle nous aide à trouver notre juste place, à nous« ajuster » à Dieu, à ouvrir les oreilles et le cœur à la Parole, à contempler les mystères de notre foi au quotidien sous les différents aspects mis en valeur dans le temps liturgique. Elle est riche de l’expérience de l’Eglise au cours des siècles pour mettre en mots la foi et nous aider à trouver les nôtres. Elle nous apprend à découvrir l’Un dans la diversité de ses expressions et nous ouvre de ce fait à la découverte de la Vérité dont les autres sont porteurs.

La liturgie des heures est lieu et lien de communion, à travers l’espace et le temps. Quand nous avons la chance de célébrer à plusieurs, la prière chantée des psaumes, en nous faisant respirer ensemble, nous aide y compris physiquement, à comprendre spirituellement que nous vivons du même souffle… chemin pour nous reconnaître fils et filles d’un même Père, terre de réconciliation. A cela s’ajoute dans l’apport du « Propre de l’Ordre » l’aide à entrer par et dans la famille dominicaine dans la « communion des saints » en nous présentant des « figures » pour guider nos pas. Il convient aussi de ne pas idéaliser une façon de célébrer, mais de vivre authentiquement la liturgie, cf le Frère Vincent de Couesnongle : « Tout affrontés que nous soyons au difficile problème du symbolisme dans le monde d’aujourd’hui, des rapports de vérité et d’authenticité doivent être constamment établis entre la vie communautaire et les célébrations, compte tenu de la nature et de la diversité humaine et religieuse de nos communautés. » Ceci nous renvoie à notre part de responsabilité pour que notre façon de célébrer soit « œuvre salvifique du Christ » pour nous-mêmes et pour tous.

Pour chacun la liturgie des heures représente un temps important de la découverte dominicaine, et un lien privilégié avec les frères.