Le bienheureux Pierre Claverie et la sainteté "apostolique" Dominicaine

Picture: 
Body: 

(Frère Gianni Festa op - Postulateur général de l'Ordre)

La béatification de Pierre Claverie op (8 décembre 2018) et son entrée dans la Santorale de l'Ordre des Prêcheurs (selon les dernières statistiques, la Santorale de l'Ordre des Prêcheurs est composée comme suit : 83 saints, 287 bienheureux, 25 vénérables, 119 serviteurs de Dieu) nous ramène dès le début (je veux dire la canonisation de saint Dominique de Caleruega en 1234) à l'image de sainteté conçue et encouragée par la hiérarchie de l'Ordre. Ce modèle de sainteté s'exprime dans la triade : prédicateur/médecin, vierge (religieuse) et martyre. Le premier saint moderne auquel les trois aureoles ont été attribuées est le dominicain saint Pierre Martyr de Vérone ; mais aussi saint Dominique, selon l'hagiographie et la liturgie primitive de l'Ordre, est récompensé par les aureoles, non trois mais deux : celles de virginité et celle du médecin/prêtre. Mais l'image de Dominique comme "martyr" ne manque pas d'allusion : quand, par exemple, plusieurs fois dans des textes hagiographiques, il est fait mention de son désir de martyre ou du danger - celui d'être tué par les cathares - lorsqu'il se promène pour prêcher. Enfin, Sainte Catherine de Sienne est célébrée dans la liturgie avec la triple couronne de prêcheur/médecin, vierge et martyre.

Cette prémisse historique-agiographique est importante parce qu'elle nous aide à mieux comprendre ce que nous pouvons appeler le " modèle apostolique de la sainteté dominicaine " et qui rappelle les premiers saints que l'Ordre a proposés à la piété et à l'imitation des frères et sœurs selon la triade prédicateur / docteur, vierge, martyr (Dominique, Pierre Martyr, Thomas d'Aquin, Catherine de Sienne). Au début du troisième millénaire, donc, la figure du bienheureux Pierre Claverie a non seulement inauguré la procession des saints dont la sainteté a été officiellement reconnue, mais dans sa plénitude et sa profondeur est venue à reproposer sans conteste l'identité du charisme dominicain. Une identité que l'on peut définir comme suit : celle de la personne consacrée dans la vie religieuse qui, appelée à la mission de prédication, avec les moyens de l'étude et de la vie commune, se consacre au service de l'Église et de l'humanité comme prêtre et évêque, et comme créateur d'une "théologie originale et innovante de la rencontre avec l'autre", jusqu'au don total de soi dans le témoignage du martyre. Une sainteté jamais recherchée à table, jamais programmée, mais l'effet d'une totale disponibilité à la volonté de Dieu qui se fraie un chemin chaque jour plus en contact avec les diverses réalités dans lesquelles elle se trouvera à vivre.