Le don du Rosaire

Picture: 
Le don du Rosaire
Body: 

Les cartes pour la Promotion Générale du Rosaire ont été distribuées par dizaines de milliers. Elles présentent, au recto, une photographie prise par le frère Louis-Marie Ariño-Durand, o.p., et peuvent être utilisées comme une prédication simple et évocatrice. Qu’elles soient grandes ou petites, elles ont toutes le même verso : on y trouve, dans les trois langues officielles de l’Ordre dominicain, le slogan du site, "Priez, prêchez, vivez... le Rosaire !"

Cette photo, prise dans l’église du couvent des frères prêcheurs de Buenos Aires représente une scène tout à fait classique de l’iconographie dominicaine, le don du Rosaire à saint Dominique par la Vierge Marie.

Nombreuses sont les églises qui ont une chapelle du Rosaire. On y retrouve Notre Père Saint Dominique qui reçoit ce cadeau de Notre-Dame. Au long des siècles, les artistes ont rivalisé pour représenter cette scène, qu’il s’agisse de sculpteurs, de peintres, de vitraillistes ou de mosaïstes.

Dominique reçoit le Rosaire. Ce don est une illustration de la grande dévotion mariale de ce saint castillan. Les écrits de l’Ordre nous rappellent souvent cet amour de notre fondateur pour Notre-Dame.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reçoit le Rosaire comme un cadeau qui lui est fait, à lui personnellement. Il en devient le héraut tout au long des siècles et ses frères l’auront bien compris : ce trésor est confié à l’Ordre qui doit le prêcher partout, bien au-delà des limites de la famille dominicaine.

Et c’est chacun d’entre nous qui reçoit le Rosaire. Pour les frères et les sœurs de l’Ordre, il fait même partie de l’habit dominicain. Ce rosaire que nous recevons le jour de notre prise d’habit, nous le recevons même parfois d’un frère décédé bien avant nous. Il devient alors notre héritage, comme un engagement de prière pour le frère qui nous a précédés, comme un rappel de ce lien qui unit notre terre avec le ciel !

Ce rosaire reçu par Dominique, est un trésor que nous sommes appelés à faire fructifier… sinon il pourrait bien nous être enlevé !

C’est un trésor singulier : quand on le donne et le partage, on ne perd rien. On s’enrichit !

À nous de le prier, de le prêcher… et de le vivre !

Fr. Louis-Marie ARIÑO-DURAND, o.p.
Promoteur Général du Rosaire

 

(18 mars 2016)