Le frère ÉloiMESSI METOGO, op, n’est plus!

Picture: 
Brother Eloi MESSI METOGO, OP
Body: 

Le Vicariat provincial d’Afrique équatoriale (VAE) est en deuil. Le frère Eloi MESSI METOGO, est décédé le dimanche 15 octobre 2017 autour de 4h30 du matin, des suites de maladie, à Yaoundé, Cameroun, à l’âge de 65 ans. Ses obsèques auront lieu les 2 et 3 novembre 2017 à Yaoundé.

Sous-prieur du couvent saint Dominique de Yaoundé, le frère Eloi était l’aîné de ce vicariat de la province France formé de trois pays : Cameroun, République du Congo-Brazzaville et République Centrafricaine.

Le frère Eloi Messi Metogo était né le 10 avril 1952 à Oman I dans la commune de Bikok, région du Centre du Cameroun, non loin de la ville départementale de Mbalmayo et de Yaoundé, la capitale du pays. Après ses études aux petits séminaires d’Akono et de Mvolyé (Cameroun), le frère Eloi est entré dans l’Ordre des Prêcheurs et a fait sa première profession, le 1er octobre 1973. Le 2 octobre 1976 il fait sa profession solennelle au couvent saint Dominique d’Elig Essono, Yaoundé. Ordonné diacre le 3 mars 1978, le frère Eloi Messi reçoit l’ordination presbytérale le 13 décembre 1980 à Bikok.

Le frère Eloi Messi Metogo était parmi les pionniers de l’Interafricaine (IAOP) dont il a été de le 2ème Coordinateur, de 1981 à 1985 (après le frère Liboire Kagabo). L’enseignement de la théologie était la principale forme de sa prédication comme dominicain, même comme curé de paroisse ou dans les différentes responsabilités qu’il a eu à assumer. Il aimait partager sa passion de la théologie et la rigueur scientifique aux jeunes frères qu’il encadrait comme tuteur. Il venait à peine de prendre sa retraite à l’Universitaire catholique d’Afrique Centrale (UCAC), à Yaoundé. L’Afrique, l’Eglise et l’Ordre des Prêcheurs perdent un théologien pointilleux.

« Dieu peut-il mourir en Afrique ? » Jamais, au grand jamais ! Frère Eloi, les dominicains d’Afrique continueront à approfondir la question de « l’indifférence religieuse et l’incroyance en Afrique noire», au moment où le chapitre général de Bologne (2016, n° 145-150) nous invite à être attentifs à l’indifférence religieuse dans notre monde d’aujourd’hui.

Que le Christ en qui tu as cru et que tu as enseigné à de nombreuses générations, t’accueille dans son Royaume et fasse rayonner sur toi la lumière de la résurrection et de la vie sans fin.

Entre dans la joie de ton Maître.

fr. Gabriel Samba, op

 

 

(19 october 2017)