L'iconographie dominicaine : un miroir de notre ordre

Picture: 
L'iconographie dominicaine : un miroir de notre ordre
Body: 

Une analyse fine de l'iconographie dominicaine à goûter sur le site des Mélanges de l'Ecole Fraçaise:

" Les images produites par Fra Angelico pour les couvents de Fiesole, Florence et Pérouse participent au bon fonctionnement des communautés. Aux fonctions liturgiques et dévotionnelles s’ajoutent des fonctions identitaires, spéculaires, disciplinaires. Les images montrent un ordre parfaitement unifié alors que les frères qui les ont commandées appartiennent à une branche nouvelle, distincte de la branche première. Les panneaux extérieurs de la prédelle du Retable de Fiesole et l’Arbre dominicain de San Marco naissent de cette situation historique particulière. La volonté d’assumer pleinement l’héritage de la pensée iconographique de l’ordre, telle qu’elle apparaît dans les couvents anciens et prestigieux de Pise, Sienne et surtout Florence, témoigne d’un même souci de légitimité. De la prédelle du Retable du Louvre à la famille monastique de la Crucifixion de Florence et à la Madone des ombres, l’observance s’affirme, et les images assignent alors au frère un programme exigeant d’obéissance à la règle, de pénitence, de pauvreté. Elles sont la projection d’un idéal auquel le frère doit s’identifier, et sont conçues pour créer un comportement vertueux. Les dominicains y regardent sévèrement ceux qui les regardent, leur indiquent une voie dont ils ne doivent pas s’écarter, leur fournissent les modèles d’une attitude physique et morale juste. Elles sont des miroirs, au sens que le Moyen Âge a donné à ce terme."

Référence électronique

Cyril Gerbron, « Des images comme miroirs pour l’observance dominicaine en Toscane (1420-1450) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 27 février 2015.

 

(27 février 2015)