L'Ordre se développe en Afrique

Subtitle: 
La fondation à Ouagadougou
Picture: 
La fondation à Ouagadougou
Body: 

La fondation à Ouagadougou est un projet vieux déjà de plusieurs années. Pour mémoire, depuis une quarantaine d’années, la Province ecclésiastique de Ouagadougou (Burkina Faso) par la voix de feu le cardinal-archevêque Paul Zoungrana et de son successeur Mgr Jean-Marie Compaoré, s’était adressée aux Dominicains d’Abidjan pour leur demander d’ouvrir une Maison à Ouagadougou pour prendre en charge l’apostolat des étudiants de l’Université naissante et le suivi des intellectuels chrétiens engagés dans les activités socio-politiques et culturelles. Cette demande a été favorablement accueillie par les Frères d’Abidjan dès le début, mais il a fallu attendre encore plusieurs années avant d’envisager concrètement la réalisation du projet sur le terrain.

 
En 2005, un terrain de 5 hectares a été acquis par les propres moyens de la vice-province, tous les documents administratifs ont été obtenus, y compris la personnalité légale de la future communauté. L’acquisition du terrain a permis d’y réaliser certains travaux tels que : le forage d’un puits de 60 mètres, une clôture en haie vive, la construction d’une maison pour le gardien et d’un magasin de stockage de matériaux.
Grâce aux différentes aides reçues à la fois de la province de France et de la Curie généralice, les infrastructures devant accueillir les premiers frères ont pu se réaliser. Ainsi, dès novembre 2010, trois (3) frères ont été assignés à la Maison Saint-Dominique de Ouagadougou, laquelle est pour le moment une maison filiale dépendant de celle de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire).
 
Du point de vue apostolique, les frères sont sollicités pour prendre en charge notamment la pastorale universitaire: l’aumônerie de l’Université catholique saint Thomas d’Aquin (USTA) et la paroisse ainsi que l’aumônerie de l’Université d’Etat. Concernant l’USTA, les contours de l’apostolat confié aux frères sont bien définis mais un protocole d’accord devra être signé entre l’Ordre et l’Université avant que le travail ne soit effectif. Quant à la pastorale au sein de l’Université d’Etat, les frères travaillent pour le moment en synergie avec l’équipe des aumôniers déjà constituée, quitte à prendre plus tard la direction de l’aumônerie universitaire.
 
En dehors de cette pastorale, les frères envisagent de mettre sur pied d’autres projets (tels que la création d’une école secondaire, la construction d’une église conventuelle pour des célébrations ouvertes au public, etc.) leur permettant de préparer, à moyen ou à long terme, leur auto-prise en charge financière.