Quand les sourds entendent

Subtitle: 
Témoignages de Compassion: Série sur la Vocation des Frères Coopérateurs dans l'Ordre
Picture: 
LES SOURDS-MUETS ET LA VIE CHRETIENNE AU CENTRE BETHESDA A ISIRO
Body: 

La vocation des frères Coopérateurs dans l'Ordre est une partie intégrante de notre mission de prédication. Afin de promouvoir cette Vocation, nous illustrerons les travaux de différents frères Coopérateurs dans le monde. Ce mois-ci nous vous présentons:

Le frère José BOLABOTO, les sourds-muets et la vie Chretienne au Centre Bethesda de Isiro.

Vivre avec les Sourds n’est pas choquant pour le monde aujourd’hui, cependant il faut une certaine compréhension et un comportement adapté pour y parvenir.

La Bible, quant à elle, n’est pas indifférente à propos des bonnes manières de vivre avec les sourds (Lévitique 19,14).  Et la même Bible nous enseigne comment être des défenseurs des droits des personnes en situation de handicap en général et des sourds-muets en particulier (Proverbe 31, 8-9)

L’Ordre des prêcheurs n’est pas resté sourd aux appels si pressants et à la compassion de nos frères et sœurs à motricité réduite, et des sourds de la ville d’Isiro au Nord de la République Démocratique du Congo. Quatre membres de la famille dominicaine œuvrent aujourd’hui ensemble pour partager la chaleur de cet apostolat. Ce sont deux frères (un frère prêtre et un frère coopérateur), une sœur dominicaine Missionnaire Evangélisatrice des Familles et un laïc dominicain.

Dans cet apostolat, l’équipe s’occupe d'éduquer et d'enseigner les enfants vivant avec handicap dans un centre qui comprend un complexe scolaire spécial, un service de kinésithérapie, un atelier de coupe et couture et une pharmacie. Des ateliers de menuiserie, de mécanique, d’informatique et une polyclinique devraient prochainement compléter cet établissement.

1.         ENSEIGNEMENT DES SOURDS ET FORMATION DES ENSEIGNANTS

De prime abord, la formation de nos enseignants en langue des signes ne devait durer que de deux semaines, avant qu’ils ne commencent leur travail ; les candidats avaient démontré un enthousiasme méritoire dans leur façon de collaborer, mais beaucoup restait à faire dans le cadre de leur formation spéciale. Cette formation s’était focalisée sur la langue des signes et sur le savoir-vivre avec les sourds dans un milieu tant soit scolaire que social.

Parce qu’on ne peut prétendre travailler dans le cadre d’intégration des sourds sans songer à améliorer leur environnement, cette formation sera accompagnée d’une émission de sensibilisation des populations d’Isiro sur l’importance et le bien fondé de la scolarisation des enfants sourds-muets. Au début, notre école des sourds d’Isiro n'accueillait que 18 élèves. Leur nombre est aujourd’hui un peu plus élevé.

2.         L’EVANGELISATION DES SOURDS-MUETS A ISIRO (Aspect historique)

"En ce jour là, les sourds entendront les paroles du livre, et seront délivrés de l’obscurité et les ténèbres…" (Isaïe 29,18). Ce jour là est advenu à Isiro le dimanche 15 septembre 2013, vers 6h30, à la première messe dite par le Révérend Père Emmanuel de la congrégation des Consolata. C'est en l’église Saint-Kizito que ce passage de l’ancien testament s’est accompli par l’interprétation en langue des signes de notre  frère formateur Montenda Libange Monga Alomo.

Comme il est d’habitude dans les écoles catholiques de notre contrée, une messe d’action de grâce pour l’ouverture de l’année scolaire 2013-2014 fut organisée au centre Bethesda,où  enfants sourds-muets et enseignants font tous usage de langue des signes.

 

 

3.         LA CATECHESE FAITE AUX SOURDS-MUETS

On ne saurait négliger d'enseigner la catéchèse aux sourds car, le seigneur Jésus-Christ lui-même l’a recommandé dans l’Evangile selon St. Mathieu 28,19-20 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-les à observer tout … ».

On pourait dire que la foi vient de ce qu’on entend et que ce qu’on entend c’est la parole de Dieu (Romains 10,17). Ce passage de l'Ecriture, le Centre Dominicain Bethesda le commente ainsi : on n'entend bien la parole de Dieu, la catéchèse, que par sa propre langue, c’est-à-dire la langue que l’on connait bien, que l'on entend et que l'on parle bien ; de ce fait, pour les sourds-muets c’est le langage des signes.

Les sacrements, sources de vie pour tout catholique, ne sont accessibles aux sours que dans la langue qu’ils comprennent mieux. Comment les leur donner ?  Cette question est déjà ancienne, mais de nombreux textes nous montrent que l’Eglise catholique n’y est pas restée indifférente. Elle a essayé de la résoudre via des prêtres et des  laïcs : Saint Jérôme (Ve siècle), Saint Thomas d’Aquin (XIIIe siècle), L’abbé de l’Epée (1712-1899), et aujourd'hui Montenda Libange Monga Alomo.

4.         L’ESPERANCE RENAIT A ISIRO POUR NOS ENFANTS SOURDS-MUETS

Aujourd’hui, les personnes vivant avec un handicap se retrouvent. On voit que tout le monde peut faire mieux sur le plan de l’évangélisation des sourds-muets en apprenant la langue des signes.

Avec l’aide du Seigneur, qui est le maître d’œuvre, poussés dans notre engagement par notre propre détermination, par une vie de prière et l'aide de la bienheureuse Vierge Marie patronne de l’Ordre des Prêcheurs et des sourds-muets en particulier, nous pouvons bien réussir.

A Isiro, cet apostolat qui semblait ne pas intéresser la population, voire les parents de nos enfants sourds-muets, commence aujourd’hui à éveiller les consciences des personnes qui nous entourent. Les armes défensives de l’amour, de la patience et de la prière émergent et attirent les hommes et femmes au chevet de cette catégorie des personnes longtemps considérées comme inutiles et idiotes.

Nous tenons tout spécialement à remercier la Conférence Episcopale Italienne qui continue à épauler ce Centre en construisant des bâtiments destinés à abriter les ateliers et salles de classe.

Le frère José BOLABOTO, op

 

(17 février 2016)