Résistances

Picture: 
Résistances
Body: 

Ils ont livré leur corps plutôt que de servir et d’adorer un autre dieu que leur Dieu.

Livre de Daniel, chapitre 3, verset 95

Ils sont trois, Sidrac, Misac et Abdénago. Leurs corps sont ligotés, jetés au feu, seule la confiance en Dieu les préserve de la mort. Combattre l’injustice, résister à l’idéologie lorsqu’elle vire au fantasme violent et jusqu’à la mise à mort, voilà ce qu’illustre le Livre de Daniel*. Les trois garçons chantent tout à la fois : « Ceci est notre corps ligoté, ceci est notre esprit libéré qui résiste. »

 Ce chant nous prépare à entendre : « Ceci est mon corps ressuscité. » La mort en effet peut provenir de pouvoirs tyranniques et d’identités opprimées qui vont jusqu’à brûler des corps. Pourtant, l’espoir continue à s’inscrire, discret, aux confins de la mort et de la vie.

 Il se nomme ici : liberté d’esprit, résistance, vie offerte par Dieu.

Ténu, l’espoir est tenace. Têtue, la charité innove. La fin du carême en vibre, cela tient en allant, comme on dit ici au Québec. Les humains inventent des machines pour réduire en esclavage corps et esprits. Nos insécurités finissent par nous faire croire que seule la mort stabilise les pouvoirs et calme les angoisses de la vie.

 Relisez l’histoire. Scrutez le présent. Vous sentirez les fournaises qui brûlent les corps. Regardez de plus près : des corps résistent, des hommes et des femmes inscrivent leur foi dans leur chair, jusque dans les lieux régis par la mort. La vie, issue de Dieu, pourra-t-elle resurgir de la mort ? La foi en sortira-t-elle blessée ? Enfumé des volutes de la mort, je sens ma foi toujours vive.

*Livre de Daniel ch. 3

Frère Maxime Allard

Entré chez les dominicains en 1985 au Canada, le frère Maxime vit au couvent d'Ottawa. Il est président du Collège universitaire dominicain où il enseigne la philosophie et la théologie. Pour son ministère il a séjourné en Afrique du Sud, au Rwanda, au Burundi, en France et en Lituanie.

 

(5 avril 2017)