TEMOIGNAGES DE COMPASSION: Servir Silencieusement: Frère José Aguilar Barradas

Subtitle: 
Témoignages de Compassion: Série sur la Vocation des Frères Coopérateurs dans l'Ordre
Picture: 
Brother José Aguilar Barradas
Body: 

La vocation des frères Coopérateurs dans l'Ordre est une partie intégrante de notre mission de prédication. Afin de promouvoir cette Vocation, nous illustrerons les travaux de différents frères Coopérateurs dans le monde. Nous vous invitons à suivre cette série sur le site web de l'Ordre (www.op.org) et sur IDI.

Ce mois-ci nous vous présentons:

Servir Silencieusement: Frère José Aguilar Barradas

Le Frère José est le troisième des 10 enfants d’une famille paysanne et très chrétienne. Il est né le 19 mars 1918 à Alto Lucero, dans l’Etat de Veracruz au Mexique. Il passa son enfance à travailler dans les champs pour la cueillette du café, des haricots, le ramassage de la canne à sucre… Il garda des séquelles de la révolution mexicaine de 1910 à cause de la persécution religieuse, quand il n’avait que huit ans. Une fois terminée, il connut dans sa jeunesse un jeune enthousiaste du nom de Marcialito qui l’incita à faire partie de l’Action Catholique. Il y servit pendant longtemps et en devint même le Président.

Conseillé par Marcialito, en 1964, il demanda à entrer dans l’Ordre des Prêcheurs comme Frère Coopérateur. Il fit son noviciat Hizo à l’Ecole Apostolique de Saint Dominique à  Tultenango, dans l’Etat de Mexico. Après sa Profession, il servit la Province de Santiago au Mexique dans différentes maisons, enseignant le catéchisme aux enfants et travaillant à la Sacristie. L’une de ses tâches principales, au cours des 25 dernières années, a été d’accompagner par son travail et sa prière les formateurs et les frères en formation à la maison d’études théologiques. De nombreux événements du Couvent furent embellis grâce aux poésies qu’il rédigeait alors qu’il savait à peine écrire.  Elles prouvaient la profondeur de son expérience de consécration à Dieu.

C’est un homme qui a un amour particulier pour le Saint rosaire. Il a consacré beaucoup de temps à son élaboration, distribution et animation…  Il y a quelques années, il s’est même  proposé de construire une chapelle à notre Dame du Rosaire. Il est arrivé à la réaliser dans un bel endroit qui s’appelle Alto Lucero, aidé par les donations et les aumônes des fidèles favorables à son projet et qui voulaient s’y associer.

Maintenant qu’il est âgé, il passe beaucoup de temps dans sa chère chapelle, à réciter les Mystères du saint Rosaire, en silence ou à voix haute, accompagné de chants ou de la musique de son harmonica. J’en ai été témoin car j’ai eu la chance de lui rendre visite et de lui tenir compagnie. Dans ce lieu saint, il reçoit, il écoute et il partage le peu qu’il a, pour venir en aide à ceux qui le cherchent et répondre à leurs besoins.

Sa simplicité, sa joie, sa franchise sont la preuve que la vie religieuse dominicaine vaut la peine d’être vécue. En parlant avec les gens, certains me demandent : Comment fait fr. José, à 97 ans, pour rester agenouillé pendant plusieurs heures devant le saint Sacrement ? … et je pense à tous les frères coopérateurs qui ont passé ainsi en silence toute leur vie religieuse en se consacrant au service de leurs frères à l’intérieur et à l’extérieur du couvent… sans faire le moindre bruit.  

Fr. Martín Olvera Escamilla OP

 

(15 octobre 2015)