Un bar associatif tenu par des dominicains ouvre ses portes à Lyon

Picture: 
Un bar associatif tenu par des dominicains ouvre ses portes à Lyon
Body: 

Un bar associatif a ouvert ses portes à Lyon. Tenus par des dominicains, il permet aux jeunes de se retrouver autour d'un verre, et de discuter religion dans un cadre convivial.

C'est un lieu où on peut parler de tout, y compris de foi ! Depuis trois mois la cave des dominicains accueille chaque vendredi soir étudiants et jeunes pro, rue tête d'Or à Lyon. Un bar associatif né à la suite des JMJ de Cracovie.  Un lieu de rencontres, de convivialité, de discussion pour les chrétiens mais pas seulement.

Les JMJ oui, mais après ? Taraudés par cette question les dominicains du couvent du Saint Nom de Jésus, à Lyon, ont eu à cœur de trouver une solution pour permettre à de jeunes lyonnais de prolonger l’expérience des Journées Mondiales de la Jeunesse de Cracovie. "Cette idée est venue suite aux JMJ que nous avons vécues avec quelques jeunes de Lyon. Très vite, j’ai eu le souci qu’ils puissent avoir un après-JMJ pour leur permettre d’enraciner ce qu’ils avaient reçu dans le cœur, durant ces JMJ, en Pologne" explique Frère Jean-Baptiste.

Rien de tel qu’un petit verre pour enraciner tout cela, c’est comme cela qu’est née la cave des dominicains. Un endroit pour se retrouver, discuter, boire un verre et prier. "Nous avons voulu restaurer l’une des caves de notre couvent pour en faire un bar associatif. On accueille vendredi après vendredi les jeunes qui viennent pour rencontrer les frères, et discuter autour d’un verre" ajoute frère Jean-Baptiste.

Le rendez-vous est fixé chaque vendredi soir, à la cave des dominicains. Un lieu où l’on sert de la bière. "Nous avons de la bière pression, de la Ninkasi, et de la Saint Dominicus, une bière créée par des moines dominicains en Belgique. Les caverniers arrivent un peu avant l’ouverture pour préparer et nettoyer la cave, faire le service durant l’ouverture. On est surtout au service de la cave, mais on discute souvent de religion avec les jeunes, qu’ils soient cathos ou non" conclut frère Benoît, cavernier.

Présentée par Pauline de Torsiac

 

(13 janvier 2016)