Un projet de lieu d’exposition des œuvres du père dominicain dans l’ancien tribunal

Picture: 
Le père Kim En Joong
Body: 

Ses œuvres, connues de par le monde, sont signées d’une incroyable fluidité et d’une couleur éclatante. Le père Kim En Joong a proposé la création d’un lieu d’exposition à Ambert.

On dit d'Ambert qu'elle est plusieurs fois capitale : de la fourme, de la tresse et des chapelets. Sera-t-elle aussi à l'avenir la capitale du vitrail ? C'est en tout cas une belle opportunité qui est offerte à la ville en 2017. « Une chance, le zeste de la vie et une belle rencontre », sourit la maire d'Ambert et conseillère régionale, Myriam Fougère.

Cette rencontre, c'est celle avec le père dominicain originaire de Corée du Sud, Kim En Joong, qui séjourne régulièrement dans le Puy-de-Dôme. Un artiste à part entière, « peintre de la lumière », passé maître dans l'art du vitrail.

« Il se plaît beaucoup à Ambert et il souhaiterait y rester le plus souvent possible »

Il a ainsi signé ceux de la cathédrale d'Évry, de l'église Saint-Patrick de Dublin en Irlande, pour la paroisse de la Sainte-Trinité à Lyon ou, plus près de nous encore, de la basilique Saint-Julien de Brioude et pour la chapelle de Notre-Dame de Layre des sœurs Dominicaines de Marie-Immaculée, à Ambert. Rien de moins que 15 vitraux, au printemps 2011, neuf pour la chapelle et six pour la crypte auxquels se sont ensuite ajoutés six autres vitraux pour la crypte en l'honneur du père Albert, dans le jardin du couvent.

« Il se plaît beaucoup à Ambert et il souhaiterait y rester le plus souvent possible, de même que quand il sera plus âgé », révèle Myriam Fougère. Une idée a donc germé, celle d'un lieu dédié à ses œuvres, proposé par le père Kim. Avec deux conditions : « tout sauf un lieu mausolée ou qui coûte un argent fou à la collectivité. Ça n'est pas si souvent qu'on entend ça d'un artiste », se réjouit la maire d'Ambert. Le lieu a été trouvé, il s'agirait de l'ancien tribunal, qui n'abrite depuis quelques années que la trésorerie et les impôts. Un lieu « en libre accès, en lien avec la vie » où seraient exposées les productions du père Kim, entre vitraux, peintures et céramiques. L'ancienne bibliothèque du tribunal, à l'arrière, serait aussi reconvertie en salle d'exposition mais avec un accueil du public pour une visite guidée.

Une installation à l'état de projet pour l'heure mais elle suscite déjà l'enthousiasme chez le père Kim En Joong qui réfléchit à l'aménagement que pourrait avoir la future salle.

François Jaulhac

 

(10 javier 2017)