Une aventure à Bagdad

Picture: 
Une aventure à Bagdad
Body: 

Le Seigneur est mon berger je ne manque de rien. Cette belle phrase a un sens profond pour moi. Ce n’est pas une simple prière ou un verset d’un psaume qui vient dans mon esprit de temps en temps, mais c’est une vérité expérimente vécue pour moi.

Mardi le 12 mai 2015 le père provincial, frère Michel Lachnaud o.p. pendant sa visite canonique à Bagdad, est allé rendre visite à nos sœurs dominicaines de la Présentation de Tour accompagné par les frères Philippe Khoshaba, Rami Simon et moi-même. En ce moment-là, il y avait à Bagdad le pèlerinage shiite. Comme chaque année, les fidèles shiites vont à pied rendre hommage à leurs immam  Mosa AL-Kadem. A cette occasion, la municipalité de Bagdad avec la police bloquaient les routes de Bagdad pour céder la place aux pèlerins piétons. Mais malgré la difficulté routière, nous sommes arrivés chez nos sœurs puis nous avons passé un temps de joie et de partage extraordinaire chez elles. Vraiment, ça fut une belle rencontre fraternelle. Notre  provincial a visité aussi leur école, la belle chapelle conventuelle et l’hôpital Saint Raphael. Il a bien apprécié l’apostolat de nos sœurs.

Le calvaire de notre retour

Après avoir passé ce temps agréable chez nos sœurs, nous avons quitté ce lieu et notre direction était le couvent de l’Épiphanie, la maison des dominicains à Bagdad. Il ne faut pas oublier que, chez nous, à Bagdad, les surprises viennent chaque instant de notre existence. Sur la route de retour qui était compliquée à cause des barrages et blocages prévus pour les pèlerins, il y a eu une voiture piégée explosée très près de lieu où nous étions. Ce moment-là, les policiers immédiatement ont commencé à tirer les bals dans l’air et partout (comme dans un film de Hollywood). C’était (Life) un spectacle unique. Ce moment-là, les routes et les ponts de Bagdad sont complètement bloqués par l’armée irakienne. Voilà une surprise bagdadienne qui arrive chaque instant sans avertissement. Comme chauffeur, il m’a fallu de trouver une solution rapide et efficace. Ici, je ne pouvais pas chasser mon inquiétude, le provincial était avec nous et je devais le protéger et l’amener à la maison sain et sauf. Donc, j’ai utilisé le GPS de mon cerveau et ai essayé de prendre plusieurs routes et ai changé la direction plusieurs fois, mais, c’était inutile. Cependant, et malgré la mauvaise circulation l’embouteillage, nous avons essayé de traverser les trois ponts successifs la république et Al-Rashid et le pont libéral, malheureusement, tout était bloqué par la police. Aussi, j’ai tenté la dernière chance avec le pont d’Al-Jadrya, c’était le même blocage. A un moment donné, le frère Michel nous a dit : (je trouve que Majid ne parle plus et c’est un mouvais signe) on a commencé à bien rigoler. Pendant, à peu près trois heures, nous étions dans l’impasse, le temps passe et le défi était de trouver une solution! Ce trajet nous a permis de voir Bagdad (by night). Nous avons vu les pèlerins, les tentes dressées dans les rues pour accueillir les pèlerins, nous avons passé devant le musée de Bagdad. Finalement, on a pu retourner à la maison, on a fait une expérience bagdadienne unique. A l’intérieur de moi il y avait la prière et la raison pour bien fonctionner le GPS de mon cerveau.

Je trouve que malgré le blocage routier, les voitures piégées, les surprises inattendues bagdadiennes, nous sommes arrivés à réaliser notre objectif. Le Seigneur est mon berger je ne manque de rien.

Fr. Majid, o.p.

 

(20 May 2015)