Une empreinte dominicaine continue sa présence au cœur du ministère irakien de l’éducation

Picture: 
Une empreinte dominicaine continue sa présence au cœur du ministère irakien de l’éducation
Body: 

En juin 2012, l’assemblée plénière des évêques irakiens s’est réunie à Bagdad et a décidé de renouveler les livres de catéchèse, faits merveilleusement par notre frère Yousif Thomas o.p., qui sont utilisés jusqu’à présent dans les écoles publiques. Dès lors, chaque chef d’Église a présenté son candidat pour constituer une commission œcuménique pour prendre en charge la rédaction de la nouvelle édition des livres. À la tête de cette commission, la conférence des évêques a choisi son Excellence Monseigneur Jean Sleiman, O.C.D. archevêque latin de Bagdad, qui m’a choisi comme représentant de son Église latine. Au total, nous étions 16 membres sur le comité de référence pour les programmes d’études d’éducation chrétienne.  Il y avait des laïcs, des religieuses, des religieux et des prêtres qui participaient à ce projet. Les membres de ce comité de rédaction sont venus des différentes Églises suivantes : la famille catholique chaldéenne, syriaque, latine, grecque et arménienne. Puis, la famille orthodoxe grecque, syriaque et copte. Il y a aussi la présence de l’Église assyrienne et enfin la communauté chrétienne protestante.

Méthode de travail et objectifs

Tout de suite, notre commission a commencé son travail par une recherche générale dans toutes les questions relatives aux méthodes d'éducation chrétienne. Le but de cette recherche était d’utiliser une pédagogie constructive basée sur une méthode psychologique et religieuse, tout en respectant les normes du ministère de l’éducation irakien et surtout répondant aux exigences de la foi chrétienne, ses principes et ses valeurs. Le contexte de la vie de nos élèves a été aussi prise en considération, c’est-à-dire qu’elle était fondamentalement au centre du processus éducatif.

Donc, le comité de rédaction a ensuite tenu plusieurs réunions pour se mettre d’accord sur le choix des titres pour les livres des écoles primaires et des lycées. Précisément, nous avons basé notre méthode sur les considérations suivantes :   

-  Une dimension éducative biblique basée sur les récits de la parole de Dieu dans l’Ancien et le Nouveau Testament, présentée d’une façon proche de la mentalité des enfants.

-  Une dimension ecclésiastique qui tient compte de l’année liturgique qui est présentée d’une manière simplifiée.

-  Une dimension psychologique a été prise en considération, car, l'objectif de l'éducation chrétienne se concentre sur le changement positif dans l'âme humaine.

-  Une dimension, sociale et morale était présente dans notre méthode. L’objectif de cet enseignement est d’éduquer les étudiants à utiliser et à rayonner les principes et les valeurs chrétiens dans leur vie quotidienne.

-  Une dimension missionnaire évangélique a pris sa place entre les lignes de ces livres d’une façon intelligente.

Le défi de ce travail

Pour ce projet, il faut savoir que notre route n’était pas couverte de roses et le tapis rouge n’a pas été déroulé devant nous. En fait, nous avons dû franchir plusieurs obstacles. En réalité, il y avait en face de nous des conflits. Tout d’abord, on commence par le problème d’agenda et de rendez-vous qui convient à tout le monde. Après, on remonte vers les choses sérieuses et fondamentales, il s’agit du conflit confessionnel dogmatique entre les églises catholique, orthodoxe et assyrienne. Ensuite, nous avons dû traverser le conflit du travail méthodologique et le conflit interpersonnel, car, nous n’avions jamais fait ce type de travail en commun. C’est-à-dire, qu’on n’est pas habitué à travailler ensemble, habituellement chacun fait son travail à part. Vraiment, nous avons pu casser ce proverbe célèbre en Irak : les gens ont convenu de ne pas se mettre d'accord. Donc, après avoir fait plusieurs réunions, nous nous sommes mis d’accord sur les orientations générales et la manière de présenter les articles avec les versets bibliques dans les leçons des livres catéchétiques. L’équipe, en deux ans, a pu réaliser douze livres catéchétiques, six pour les écoles primaires et six pour les écoles secondaires.

Une expérience unique

Cette charge m’a donné la chance d’apprendre beaucoup de choses, surtout l’apprentissage de vivre pleinement la spiritualité de l'ouverture œcuménique. Comme vous le savez tous, l’Irak est infecté par la maladie inguérissable des conflits confessionnels/sectaires. Cette maladie, si vous voulez, a aussi touché l’Église. Mais, grâce à ce projet commun, cette maladie n’a pas trouvé sa place au cœur de notre équipe. Nous ne sommes pas tombés dans le jeu du souque à la corde où chacun tire de son côté. Il y avait une bonne volonté commune de la part de notre commission pour réaliser ce projet. Les nouveaux livres catéchétiques sont un humble cadeau pour l’unité de l’Élise et le pays aussi. Nos yeux et notre volonté étaient fixés sur le meilleur aboutissement et surtout sur le succès de ce projet et non pas sur la gloire personnelle. Et malgré nos occupations par la situation compliquée du pays, malgré la situation de nos familles chrétiennes chassées de leurs villes, il y a toujours une place pour une vie intellectuelle au cœur du pèlerinage de l’Église en Irak. C’est une vraie fierté, un succès inattendu. L’Esprit-Saint nous a inspirés durant la rédaction et la bonne nouvelle est que la nouvelle évangélisation trouve sa place dans notre programme d’études d’éducation chrétienne. Nous pouvons dire qu’avec cette nouvelle édition, un souffle d’espérance vient nous rafraichir. Le préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales, son éminence le cardinal Leonardo Sandri, quand il est venu récemment à Bagdad, nous a encouragés et a apprécié notre travail. Finalement, l’Église grâce au soutien d’  « Aide à l'Église en Détresse » a pu payer les frais d’impression des livres et les offrir gratuitement au ministère de l’éducation irakien. Cette organisation catholique qui aide nos Églises énormément mérite vivement nos gratitudes.

Que le Nom du Seigneur soit loué.  

Fr Majid Kamel Yousif McDassy, o.p. 

 

(21 juillet 2015)