À l’occasion du deuxième centenaire de l’attribution de l’église paroissiale Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg à l’Ordre des Prêcheurs et de l’arrivée des premiers frères dans la capitale de l’Empire russe dans les années 1815-1816, l’Institut historique de l’Ordre des Prêcheurs a organisé une conférence historique internationale sur les Dominicains et la Russie à l’Université pontificale Saint-Thomas d’Aquin à Rome du 9 au 10 décembre 2016. Dans le volume du même nom, publié par Fr. Viliam Štefan Dóci et Hyacinthe Destivelle, en collaboration avec Fabio Simonelli et publié dans la série Dissertationes Historicae, les textes des interventions lors de la Conférence sont proposés au lecteur, ainsi que quelques autres essais sur l’histoire des relations entre l’Ordre et la Russie à différents niveaux. Tout cela en gardant toujours à l’esprit, bien sûr, que le concept géopolitico-juridique de la Russie a changé au cours des siècles.

L’étude dépasse le thème de la présence des Dominicains en Russie, qui remonte au XIIIe siècle. Dès l’époque de Saint-Jacinthe de Pologne (Jacek Odrowąż), les frères ont lancé des projets de fondation concrets sur le territoire de la Russie, dont les résultats – succès ou échec, selon le cas – dépendaient de divers facteurs et notamment, par ordre d’importance, de la volonté des autorités séculières. Il convient de rappeler la courte durée de la première communauté de dominicains à Kiev, fondée en 1228-1229, qui s’est terminée par l’expulsion des frères par le prince Vladimir IV Rurikovič en 1233. Le Tsar Alexandre Ier (1801-1825) invita les dominicains à établir à Saint-Pétersbourg la seule fondation dominicaine en Russie et elle  y existe donc encore de nos jours, depuis deux cents ans.

Dès la préparation de la Conférence, il fut évident qu’il serait impossible de présenter une histoire globale des relations entre l’Ordre dominicain et la Russie. Les contributions de ce volume n’ont traité que de quelques sujets choisis chronologiquement entre le XVème et le XXIème siècle, auxquels beaucoup d’autres thèmes pourraient être rattachés. Cependant, les éditeurs sont convaincus que cet ouvrage, dans son ensemble, donne une idée du rôle important joué par la Russie dans l’histoire dominicaine et peut également être un point de départ pour stimuler davantage la recherche.

Le recueil des articles est  présenté par une analyse des sources figurant dans les Archives générales de l’Ordre à Rome. Ensuite, les histoires de frères et de sœurs du Tiers Ordre de différentes nations européennes sont présentées sous différents angles et perspectives : une attention particulière est accordée aux villes de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Ainsi, dans les   échanges et dans le va-et-vient des hommes et des idées, le lecteur prend conscience des réflexions théologiques et autres observations exprimées par les dominicains sur la Russie et l’Église orthodoxe russe. Il prend connaissance des tentatives œcuméniques ainsi que des engagements visant à renforcer l’identité catholique romaine. Un document sur les relations entre le Saint-Siège et la Russie, de Benoît XV à Paul VI, complète de manière adéquate la présentation de la situation difficile de l’Union soviétique à cette période. Le témoignage du frère Evgenij Heinrichs sur la renaissance de l’Ordre après la persécution communiste constitue, dans un certain sens, un pont entre le passé et le présent.

Les contributions individuelles, en italien, français, anglais et russe, sont toutes accompagnées à la fin d’un résumé en anglais et en russe. Le volume peut être commandé auprès de Angelicum University Press (editoria@pust.it).

Les Dominicains et la Russie, de Viliam Štefan Dóci OP et Hyacinthe Destivelle OP avec la collaboration de Fabio Simonelli (Dissertationes Historicae, vol. 37). Angelicum University Press , Rome 2019, 470 p. ISBN : 978-88-99616-26-7.

Leave a Comment

Informations de contact

 Piazza Pietro d'Illiria, 1 | 00153 Roma | Italy

 info@curia.op.org

 +39.06.579401

Réseau social