Les œuvres de Félix nous parlent de Dieu et de saint Dominique

Frère Félix Hernández, OP

Le frère Vicente Niño Orti, OP, commente le travail artistique du frère Félix Hernández, OP.

« L’art de Félix actualise le message de Dieu et le rapproche du XXIe siècle, en oubliant les grandes œuvres médiévales où le retable était l’élément artistique principal. Ses œuvres nous parlent de lui, de ses états d’âme, mais elles nous parlent aussi de Dieu et de saint Dominique. Nous sommes devant un Art Humain avec majuscule où se conjuguent plusieurs sensibilités et où se crée un espace d’interaction entre la contemporanéité et l’expérience de la Foi.
Dans cet espace de dialogue, la palette chromatique joue un rôle prépondérant. La couleur est le principal outil de communication dans ses œuvres, de sorte que l’unité la plus élémentaire dans le monde de la peinture est celle qui nous permet d’ouvrir tout un monde à la contemplation et à la réflexion. Des peintures changeantes qui parlent de Dieu et avec Dieu avec un langage vivant, à travers des surfaces chromatiques en relief avec des jeux d’ombre et de lumière où le sens ultime de l’œuvre est conféré par le spectateur. »

Cristina Expósito de Vicente, docteur en sciences religieuses

L’abstrait a ceci de particulier qu’il peut véhiculer des concepts complexes – émotions, idées, histoires – sous forme de volumes, de couleurs, de textures et d’expériences visuelles sensorielles ouvertes. Si l’abstraction a dominé pendant un siècle, elle n’a cependant offert que très peu de de canaux pour l’expérience religieuse. Le décalage entre l’art contemporain et la foi est devenu un thème développé par les universitaires et les critiques qui ont peut-être perdu de vue la véritable raison de cette séparation : la dimension religieuse de l’humanité est de moins en moins explorée.

Face à ce constat, Félix Hernández, OP, lance une offre picturale courageuse sur la voie de l’expérimentation et de la recherche de langages contemporains pour exprimer l’une des dimensions les plus primitives et authentiques de la condition humaine, la dimension transcendante, spirituelle et religieuse. Et, de plus, en apportant la compréhension et le support particuliers de la dimension catholique, et plus encore, une tradition charismatique particulière, celle de la tradition dominicaine, frère Félix étant un prêtre dominicain, tradition marquée par une profonde liberté, par un haut intellectualisme, par une profonde veine mystique et par une vocation inavouable pour la transmission de la foi.

Des traits que l’on retrouve dans l’œuvre de l’auteur. Liberté dans l’expérimentation avec une recherche exigeante de textures, de complémentarités non exemptes de dominations émotionnelles de couleurs, de suggestions d’images – dans lesquelles il ne se prive pas parfois de notes expressives minimales proches du figuratif, avec des compositions qui renvoient à l’expressivité religieuse recherchée par l’auteur, et avec des voiles et des couches subtiles d’apesanteur, hautement émotionnelles, qui conquièrent progressivement les toiles et renvoient à l’une des plus grandes influences de l’auteur, le frère dominicain Kim En Joong, OP, peintre français d’origine coréenne. Et cette liberté expressive n’exclut pas une formation exigeante et académique dans sa création, qui est liée au meilleur des Beaux-Arts et à l’étude théologique.

Et voici la deuxième caractéristique, l’intellectualisme – pas l’académisme pédant – entendu comme le substrat et le bagage de sa peinture, qui se réfère à des concepts théologiques, des scènes bibliques, des représentations historiques, des croyances de foi, qui nourrissent l’œuvre du frère Félix, docteur en théologie, d’une manière subtile et élégante, parfois seulement suggérée dans un titre, parfois à peine pressentie, mais qui représente la véritable motivation du peintre. Des subtilités qui dénotent une certaine impulsivité et une fraîcheur improvisée, parfaitement adaptées à la réflexion.

Ce qui nous amène à cette troisième caractéristique qui est une profonde veine mystique, comprenant la peinture comme une porte, une fenêtre, qui non seulement offre une expérience privée du peintre à contempler loin du spectateur, mais veut aussi impliquer le spectateur, l’invitant à rechercher cette même expérience, presque comme un dialogue avec ses peintures, avec la charge de profondeur spirituelle qu’elles offrent, presque comme des questions directes au cœur, comme des offres d’expériences qui attirent la sympathie et touchent certaines fibres intérieures de l’être humain. Felix cherche à exprimer dans son œuvre les profondeurs de sa propre expérience, comprise non pas à partir d’un élitisme mystique, mais à partir de la considération qu’un cœur humain a une potentialité vitale qui peut être dans chaque cœur humain : la conviction, vécue et exprimée picturalement, que l’identité humaine authentique est précisément cette dimension spirituelle, une spiritualité incarnée dans le corps et que sa peinture capture sans craindre les sensualités et la charité physique sans lesquelles l’humain et la peinture sont incompréhensibles.

La peinture de Félix Hernández, OP, veut être une construction complexe qui est émotion, liberté, réflexion et expérience, au service de l’expressivité religieuse, dans les langues et les dimensions vitales de l’actualité la plus réelle, comme une invitation à découvrir sa propre identité humaine en tant qu’identité spirituelle, avec une offre de sens et de beauté, qui ne craint pas les thèmes difficiles et complexes, dramatiques et douloureux, et qui se connecte à l’actualité dont le monde a le plus besoin.

Frère Vicente Niño Orti, OP
Écrivain et chroniqueur


Autobiographie du Père Félix Hernández, OP

Je suis un frère dominicain espagnol, né à Barcelone, mais andalou dans l’âme, puisque j’ai grandi à Séville (Andalousie) et que je vis actuellement à Cordoue (Espagne).

J’ai eu la chance de naître dans une famille croyante où j’ai reçu, surtout de mes parents, un grand témoignage de foi. J’ai connu l’Ordre très jeune grâce au Mouvement de la Jeunesse Dominicaine. Je me suis immédiatement identifié à notre charisme et j’ai été fasciné par notre façon de vivre et de prêcher l’Évangile. Pendant quelques années, je me suis considéré comme un laïc dominicain jusqu’à ce que je perçoive une vocation religieuse. Après quelques mois de discernement, je suis entré au prénoviciat en 2000 et j’ai été ordonné en 2007.

Sur le plan académique, j’ai étudié les beaux-arts aux facultés de Séville et à l’université polytechnique de Valence et, en 2016, j’ai obtenu un doctorat en théologie à la faculté pontificale “San Esteban” de Salamanque, avec une thèse intitulée “Teología pintada” (Théologie peinte). Trois artistes dominicains contemporains en Europe occidentale. Avec ce travail, j’ai cherché à harmoniser ma vocation religieuse et ma vocation artistique.

À la fin de ma formation, j’ai été assigné à la paroisse de San Jacinto (Séville), une communauté très vivante qui m’a appris à être prêtre à tous points de vue. J’y ai servi pendant 12 années très heureuses qui m’ont marqué à tout jamais.

Je vis actuellement au couvent de Santo Domingo de Scala Coeli, une belle maison de spiritualité située dans les montagnes de Cordoue, d’où je peux combiner mes préoccupations picturales avec le travail pastoral dans d’autres domaines. J’ai toujours eu un lien particulier avec la pastorale des jeunes et des vocations.

Sur le plan artistique, mon travail est depuis longtemps centré sur le design et l’illustration. J’ai réalisé de nombreux logos, affiches et publications auxquels j’ai collaboré en essayant toujours d’offrir gratuitement mon travail au service de la prédication dans notre famille et dans l’Église en général. C’est une grande satisfaction de savoir que les membres de la famille dominicaine trouvent mon travail utile et qu’il a même été utilisé pour décorer des façades (école El Rosario au Costa Rica) ou pour réaliser des vitraux (paroisse Santo Tomás en République dominicaine). 

Ma trajectoire a connu un tournant lorsque, pour des raisons d’études, j’ai rencontré un autre dominicain et artiste coréen, le frère Kim En Joong, OP. Cette relation m’a ouvert au monde de l’abstrait qui, à partir de ce moment, m’a fasciné par les grandes possibilités qu’il offre au niveau spirituel, pastoral, théologique…

Je sens que mon grand défi est d’apporter l’expérience de Dieu à ceux qui ne le connaissent pas, de le faire à travers la communication et un voyage partagé. Étant très intéressée par la rencontre et le dialogue, en particulier avec le monde de la culture, bien que j’aie proposé quelques expositions individuelles, j’aime particulièrement participer à des expositions collectives, parmi lesquelles on peut citer : Avant-gardes et périphéries, qui s’est tenue au centre “La Neomudejar” (Madrid, 2014), l’exposition itinérante Silencios, qui a visité en 2016 les villes de Saragosse, Burgo de Osma (Soria), Palencia, Caleruega (Burgos), Ségovie, Valladolid et Valence, El racismo no pintta nada, à Tanger et Tétouan (Maroc, 2016), Auguri (Rome, 2016) ou Caminando el color (Madrid, 2020) ; ” Mon âme a soif “, en septembre 2021 aux ” Dominican art days ” de Tallinn (Estonie), ” ciclo 16 “, d’octobre à novembre 2021 à la Quarfentena Galeria (Argentine) ; ” Dies natalis “, du 25 novembre 2021 au 13 février 2022 au centre O lumen de Madrid ; ” Ella “, à l’archevêché de Tolède, à partir du 8 mars 2022.

Je présente quelques exemples de mon travail sur le site web www.felixhernandezop.com et sur mes comptes Instagram : @felixh_op_art et @ilustracionesop.

Left / Button

Informations de contact

 Piazza Pietro d'Illiria, 1 | 00153 Roma | Italy

 info@curia.op.org

 +39.06.579401

Réseau social

Right / Button