“La prédication par l’art nous rassemble”

Entretien avec sœur Valeria Nougués, OP, coordinatrice générale de "Predicarte".

Entretien avec sœur Valeria Nougués, OP, coordinatrice générale de “Predicarte”.

  • « Nous sommes très heureux de pouvoir nous retrouver dans cet espace de la famille dominicaine où la prédication par l’art nous convoque », souligne sœur Valeria Nougués, OP, coordinatrice générale de la ” Predicarte “, dans une interview accordée aux médias de l’Ordo Praedicatorum :

Que pensez-vous de la prochaine rencontre « Predicarte » ?

Nous sommes très heureux de pouvoir nous retrouver dans cet espace de la famille dominicaine, où la prédication par l’art est ce qui nous rassemble. Je suis très heureuse que cela ait lieu au Brésil, dont l’Amazonie est le cœur, pour nous rappeler l’urgence de la conversion écologique.

Qu’entendons-nous aujourd’hui par art et, en ce sens, par « Predicarte »?

L’art, ou plutôt les arts dans chacun de leurs langages, est un mode de communication profondément humain, dans lequel toutes les dimensions de la personne se rencontrent. Cela est vrai aussi bien pour celui qui s’exprime à travers l’art que pour celui qui contemple et accueille ce que l’art peut provoquer au plus profond de son être. Nous avons choisi d’appeler notre rencontre « Predicarte » (une prédication pour toi) car, avec la prédication au centre de notre charisme dominicain, nous comprenons que l’art est une manière de prêcher. C’est en effet une manière de contempler le Mystère de Dieu et de tout ce qui est humain, et une manière de l’annoncer à d’autres.

Qu’avez-vous appris, sur le plan organisationnel, des précédents “Predicartes” auxquels vous avez participé ?

À l’exception de la première “Predicarte” qui a eu lieu en 2002 au Venezuela, j’ai été responsable de toutes les autres “Predicarte”. Nous avons une organisation de base, dans laquelle nous considérons les dimensions fondamentales de notre charisme : communauté, prière, étude, prédication, qui s’adapte à la réalité culturelle et artistique du lieu qui nous accueille. Il est fondamental de travailler en coordination avec l’équipe locale et avec la famille dominicaine du pays où se déroule la rencontre. La diffusion large de l’événement est de la plus haute importance pour permettre aux artistes d’avoir un temps suffisant pour s’organiser et créer, souvent en accord avec le thème de la rencontre.

L’artiste a généralement une source d’inspiration. Étant donné que le but de l’art qui communique le Christ est de prêcher dans les contextes et aux personnes d’aujourd’hui, comment la “Predicarte” répond-elle à ce défi ?

Chaque “Predicarte” a son propre thème et c’est une richesse. Le thème est défini en tenant compte du contexte du pays qui nous accueille et aussi des dimensions actuelles de notre spiritualité dont nous sentons qu’elles peuvent être éclairantes pour les personnes qui y participent et pour le partage pendant la rencontre et après la rencontre. Pendant “Predicarte”, chaque artiste partage avec les autres sa manière de s’exprimer et sa prédication artistique dans son propre contexte. L’exposition des œuvres est ouverte aux personnes qui peuvent se rendre sur le lieu de l’événement. De même, le jour du spectacle artistique, pour les arts de la scène, nous invitons habituellement la famille dominicaine locale. Lorsque chacun retourne chez soi, “Predicarte” continue à porter ses fruits au-delà de l’événement, et évidemment aussi à travers les réseaux.

Pouvez-vous nous parler du contexte ou des motivations qui animent les artistes et le public auquel s’adressent les œuvres ?

Il est complexe de répondre à cette question car cela dépend de chaque personne et de son propre contexte. Comme je l’ai déjà dit, “Predicarte” nous offre un espace pour que chaque artiste partage avec les autres ce qu’il fait, d’où il le fait et pour qui il le fait. Même si nous choisissons des destinataires, nous savons bien que l’art dépasse toujours les limites du temps et de l’espace que l’on peut prévoir, et cela fait partie de sa valeur. Je ne sais pas si le bienheureux Angelico avait prévu en son temps que son œuvre continuerait à nous inviter à la contemplation et à nous émouvoir de différentes manières.

Pouvez-vous citer des artistes actuels ?

Je suis en relation avec notre frère Félix Hernández Mariano, OP, qui a trouvé dans l’abstraction et la couleur une manière très contemporaine d’atteindre différents contextes avec son exquise sensibilité. Dernièrement, il a publié sur les réseaux des courts métrages sur différents artistes de notre famille, qui nous permettent de les connaître et de nous plonger dans leur travail.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

S’il y a une chose qui m’enthousiasme dans ” Predicarte “, c’est que les jours où nous nous réunissons, notre charisme dominicain nous fait vibrer profondément, parce que chaque événement génère une communauté et une vie partagée, tandis que nos œuvres et ce que nous vivons nous conduisent à la prière et à la contemplation. Nous avons des espaces pour étudier pendant les conférences du matin, mais aussi pour apprendre les uns des autres par la manière dont nous nous exprimons et par les techniques que nous utilisons dans les ateliers. La grande vedette de “Predicarte” est notre fresque communautaire qui est reprise dans chaque pays qui nous accueille comme un témoignage vivant de dominicains et de dominicaines faisant de l’art ensemble et prêchant au-delà de notre présence physique.

Sœur Valeria vous invite à découvrir ce qui a été fait lors des rencontres “Predicarte” à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=Ppkb4L2GsKU. Elle réitère également son invitation pour la VIème Predicarte : ” Nous attendons à Goiania, au Brésil, du 6 au 11 octobre 2024, tous ceux qui souhaitent partager leur art ou vivre cette expérience de langages artistiques au service de la prédication “.

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’équipe organisatrice :

Coordination locale, fédération des sœurs dominicaines du Brésil : Ir. Izide Vecchi : coordinacioncodalc@gmail.com

Coordinatrice générale : sœur Valeria Nougués : valenou@gmail.com

Formulaire d’inscription :

Predicarte

https://forms.gle/YTwhv5u5LFT7w9Dd6

Nous nous souvenons de quelques frères et sœurs qui, au cours de l’histoire, ont également prêché à travers l’art :

§ Saint Thomas d’Aquin (1225-1274). Connu pour sa contribution théologique incontestable et actuelle. Dans l‘”Adoro te Devote“, on peut apprécier la profonde sensibilité et la mystique eucharistique, même d’un point de vue poétique.

§ Sainte Catherine de Sienne (1347-1380). Elle a dicté et écrit son œuvre, qui est considérée comme l’une des plus importantes de l’histoire de la littérature italienne. Elle fut la première femme à être proclamée docteur de l’Église. Elle possède une vaste collection de lettres et de prières et son œuvre la plus importante est le “Dialogue”.

§ Fra Angelico (Fra Giovanni da Fiesole, 1395-1455). Peintre italien de la Renaissance, célèbre pour sa capacité à représenter des figures angéliques et des scènes religieuses avec beaucoup de sensibilité et de dévotion.

§ Fray Bartolomé de las Casas (1484-1566). Bien qu’il soit surtout connu comme défenseur des droits des peuples indigènes du Nouveau Monde, il était aussi un écrivain et un chroniqueur compétent qui a influencé la façon dont a été comprise la rencontre entre l’Europe et l’Amérique.

§ Juan Ricci (1600-1681). Frère dominicain et peintre baroque espagnol connu pour ses natures mortes et ses portraits de personnages religieux et de saints. Ricci a travaillé à Naples et à Rome et a été l’un des principaux adeptes du style du Caravage en Espagne.

§ Fray Tomás de Berlanga (1487-1551). Dominicain et explorateur espagnol qui a joué un rôle important dans l’histoire de l’art en étant le premier à décrire les îles Galapagos, ce qui a inspiré plus tard Charles Darwin pour sa théorie de l’évolution.

§ Fray Guillermo Butler (1879 – 1961) Appelé le mystique de la peinture argentine pour ses paysages où la solitude, le silence et l’immobilité sont exprimés comme des chemins possibles vers la rencontre avec Dieu et la révélation de son Mystère. Il concevait l’art comme un besoin impérieux de l’Esprit, extériorisé comme une nostalgie de l’infini, répondant aux besoins et aux recherches de la société de son temps et aux modes d’expression en accord avec les nouveaux langages de la modernité.

§ L’œuvre très variée de la Sœur Brigitte Loire (1935 – 2022), dominicaine du Verbe Incarné, exprime clairement sa spiritualité et son engagement dans la prédication dominicaine. L’utilisation de la couleur exprime la lumière et la joie qui rayonnaient dans sa vie, la contemplation du mystère de l’incarnation, son amour et son engagement pour l’humanité.

Sœur Valeria Nougués, OP
Left / Button

Informations de contact

 Piazza Pietro d'Illiria, 1 | 00153 Roma | Italy

 info@curia.op.org

 +39.06.579401

Réseau social

Right / Button