Le Rosaire

Le Rosaire

Plusieurs saints et fondateurs de communauté ont jalousement éprouvé une certaine fierté en disant avoir reçu de la Vierge Marie elle-même la responsabilité de prêcher et de répandre la pratique de la récitation et de la dévotion du Rosaire. Un pape du XVII e siècle aurait même demandé que l’on cesse cette compétition. Tout cela pour dire que la dévotion au Rosaire appartient à l’ensemble de l’Église. On dit souvent que le Rosaire n’est que la prière des gens simples et peu instruits. Ce n’est pas vrai. Il m’a été donné de rencontrer et de vivre avec de grands intellectuels, d’éminents théologiens dont le Rosaire faisait partie de leur quotidien. Au terme de leur journée de travail, ils aimaient prendre un temps d’arrêt pour se recentrer sur ce qui était au coeur de leur vie de foi, méditer sur les grands moments de l’histoire du salut. La récitation quotidienne du Rosaire a permis à bien des croyants, pour qui la persécution empêchait la pratique publique de leur foi, de maintenir vivante leur foi et de s’y abreuver. Souvent lorsque nous sommes épuisés, fatigués au terme d’une journée de travail, nous aimons simplement méditer et nous nourrir de l’essentiel de notre salut. L’aide de divers commentaires du Rosaire (notamment ce que l’on peut trouver sur internet) peut être d’un grand secours. L’aspect répétitif de la récitation du Rosaire nous fait pénétrer en profondeur dans les mystères de notre salut. Cela nous apporte une grande sérénité. La reprise de la salutation de l’ange à Marie, ensuite lui demander de prier pour nous – pauvre pécheur- maintenant et à l’heure de notre mort nous donnent confiance et nous apportent une grande joie.

Bernard East, O.P.