Le 8ème centenaire de la Pâque de St Dominique a multiplié notre joie avec le message du Pape François au Maître de l’Ordre. Je voudrais exprimer ma gratitude en utilisant les mots du O Lumen, l’antienne que la Famille dominicaine chante pour célébrer le Saint de Caleruega. 

Lumière de l’Église : Dominique voulait vivre et mourir in medio Ecclesiae. Son regard, son cœur et sa prédication ont manifesté cette luminosité en favorisant la communion missionnaire, unissant charisme et hiérarchie dans le désir d’atteindre tout le monde par une vie véritablement apostolique.

Docteur de la Vérité : La lettre nous invite – comme Notre Père l’a fait – à aimer la Vérité comme on aime une personne. La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ supprime toute tentation de “posséder” la vérité et nous aide à comprendre la hauteur, la largeur, la longueur et la profondeur de la misericordia veritatis (miséricorde de la vérité) qui nous embrasse.

Exemple de patience : La vie de l’Ordre nous pousse à louer, bénir et prêcher l’œuvre de Dieu dans la création et l’histoire du salut. Le mystère de l’Incarnation engendre des processus à travers l’attraction – ce qui est propre à l’amitié – et non à partir du prosélytisme ou des impératifs propres au “pouvoir”. Cela génère une communion profonde, dynamique, ouverte, missionnaire et encourage la participation, le dialogue, l’écoute : nous sommes Fratelli tutti

Idéal de chasteté : Les yeux, les cœurs et les bouches passionnés par la Parole, nourrissent le désir d’être des disciples missionnaires dans un parcours partagé et synodal. Au contraire, nous remarquons parfois la tentation mondaine de vouloir “posséder” les gens, de les contrôler, de les manipuler, en piétinant leur conscience sous la simple apparence d’une prétendue pureté. 

Tu nous as donné à boire l’eau de la Sagesse : la Sagesse nous invite toujours à “distinguer pour unir”. Nous souhaitons donc que l’étude et la prédication soient utiles à tous les frères. Même dans les crises, puissent-ils promouvoir l’unité qui prévaut sur le conflit ; puissent-ils être ouverts à la réalité, plus importante que l’idée ; puissent-ils considérer que le tout est supérieur à la partie. C’est un héritage que Dominique a laissé à ses fils et à ses filles (Albert, Thomas, Catherine, Rose et tant d’autres !). 

Prêcheur de la grâce : la sainteté – don de Dieu – se révèle dans l’amitié avec Lui et avec les autres. Nous cherchons à la vivre en étant conscients de ses deux ennemis subtils : le gnosticisme et le pélagianisme (autoréférentiel et narcissique) qui peuvent nous installer dans une existence médiocre, édulcorée, liquéfiée.

Unissez-nous aux saints : C’est ce que nous demandons, car la fin ultime de l’être humain est la béatitude : le fruit d’un choix de Dieu qui nous a prédestinés à être saints et irréprochables devant Lui par amour.

Merci, “Doux Christ sur terre” – comme Sainte Catherine de Sienne appelait le Successeur de Pierre – de nous rappeler cette vocation ecclésiale. 

Bahía Blanca, 24 mai 2021
Mémoire de la translation de saint Dominique

+ Fr. Carlos A. Azpiroz Costa, O.P.
Maître de l’Ordre, 2001-2010

Informations de contact

 Piazza Pietro d'Illiria, 1 | 00153 Roma | Italy

 info@curia.op.org

 +39.06.579401

Réseau social