Deux phrases de la lettre Prædicator Gratiæ du pape François me frappent particulièrement. Premièrement, lorsqu’il dit qu’en tant qu’étudiant à Palencia, Dominique “avait découvert le prix de l’inséparabilité de la foi et de la charité, de la vérité et de l’amour, de l’intégrité et de la compassion”. Deuxièmement, lorsqu’en parlant de l’importance de la vie en commun dans la tradition dominicaine et de la manière dont elle inspire une forme de gouvernance “synodale”, le Pape fait référence au témoignage prophétique de la “fraternité évangélique” : “Le témoignage de la fraternité évangélique, en tant que témoignage prophétique du plan voulu par Dieu dans le Christ pour la réconciliation et l’unité de toute la famille humaine”.

” Foi et charité, vérité et amour, intégrité et compassion ” : ces couples de vertus, allant deux par deux comme les apôtres, impliquent un ordre objectif, Dieu et l’autre, et s’équilibrent. Car la foi sans la charité est morte. La charité sans la foi est condescendance. L’amour sans la vérité est permissivité. La vérité sans charité perd tout son sens ou devient une arme. L’intégrité sans compassion devient rigidité ; la compassion sans intégrité, mauvaise indulgence. Même les vertus ont intérêt à être ensemble !

Il me semble que les moniales de l’Ordre vivent l’une des formes les plus intenses de fraternité. Après les enfermements et les quarantaines de l’année dernière, beaucoup ont eu un aperçu de ce qu’est la vie cloîtrée. Être tout le temps ensemble, au même endroit, avec les mêmes personnes, peut être très difficile. Il est facile de faire des clans, des factions et des guerres de territoire, de créer des montagnes à partir de taupinières et, en général, de s’énerver les uns avec les autres. L’exhortation de saint Paul aux  colossiens et éphésiens de “se supporter les uns les autres dans la charité” (cf. Col 3,13 ; Ep 4,2) est de plus en plus vraie au fil des ans. Pourtant, nous vivons ensemble pour grandir dans l’amour. Sans l’Esprit Saint, cette forme de vie serait vraiment impossible à vivre. Je crois que cette vie fraternelle corporative du monastère est la principale façon dont les moniales prêchent. Il est intéressant de noter que les gens, lorsqu’ils font référence au monastère, parlent souvent des “moniales” au pluriel.

Au cours des 20 dernières années, l’Église catholique des États-Unis a été secouée par des révélations d’abus sexuels. J’ai de nombreux amis et membres de ma famille dont la foi a été fortement ébranlée par ces événements ou qui ont quitté l’Église. Il ne s’agit pas de questions de doctrines erronées qui auraient été enseignées. Il s’agit de la façon dont les personnes vulnérables et sans défense ont été traitées, l’autorité abusée et la confiance brisée. Le raisonnement implicite est le suivant : “Comment ce que vous dites peut-il être vrai, alors que vous traitez les gens de cette façon ?” ou “Comment une institution peut-elle être vraie quand elle permet que ce genre de comportement ne soit contrôlé, même s’il est connu et signalé ?”. En réalité, nous avons tous un long chemin à parcourir pour mettre notre façon d’agir en harmonie avec ce que nous disons croire. La vie fraternelle est le lieu où nous essayons de le faire. A l’époque de Dominique, le style de vie opulent du clergé scandalisait les laïcs. Diego, Dominique et leurs compagnons cisterciens ont contré cela par un témoignage de pauvreté évangélique. Si l’Église est aujourd’hui ébranlée par des cas d’exploitation et d’abus, nous pouvons y répondre par la fraternité évangélique. Dans une société individualiste où il est parfaitement acceptable de s’en aller quand les choses deviennent difficiles, la fraternité engagée est contre-culturelle.

L’une des caractéristiques les plus frappantes de saint Dominique est sa compassion. Même dans sa prière privée, il entraînait les autres avec lui, comme en témoigne son cri nocturne : “Seigneur, que deviendront les pécheurs ?”. Son amour était à la fois particulier et universel. Il n’est pas étonnant que Francisco de Vittoria, avec sa théorie des droits universels, soit son fils spirituel. Encore une fois, je crois que les moniales dominicaines partagent la compassion de Dominique telle qu’elle s’exprime dans sa prière d’intercession universelle d’une manière particulière. J’ai grandi près d’un monastère dominicain, et en famille nous plaisantions en disant que pour savoir ce qui se passait dans le monde, il fallait écouter les prières d’intercession au monastère. Les moniales priaient à propos de guerres, de tremblements de terre et de typhons que nous ne voyions jamais dans les journaux, et c’était avant Internet ! Je réalise maintenant que cette préoccupation universelle des moniales vient directement de notre père, Dominique. 

Sœur Mary Rose Carlin, O.P.
Monastère de l’Enfant Jésus
Lufkin, Texas, États-Unis

Informations de contact

 Piazza Pietro d'Illiria, 1 | 00153 Roma | Italy

 info@curia.op.org

 +39.06.579401

Réseau social